/world/europe
Navigation

Notre-Dame de Paris: reconstruction titanesque en vue, le milliard $ en dons critiqué

Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
Photo AFP Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris

Coup d'oeil sur cet article

Le président français Emmanuel Macron a promis que Notre-Dame de Paris serait reconstruite « d’ici cinq ans », moins de 24 heures après l’important brasier qui a ravagé la cathédrale historique. Une tâche monumentale, mais qui pourrait être aidée par les centaines de millions d’euros recueillis en dons.

« Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d’ici cinq années », a déclaré le président dans une allocution télévisée solennelle, mardi.

Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
REUTERS
Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
AFP

 

Cette déclaration a fait des sceptiques, étant donné l’ampleur titanesque de la tâche.

Avant Après
Photo Reuters
Photo Reuters

« [Il] faudra 10 à 20 ans minimum », a renchéri mardi l’animateur de télévision bien connu et chargé de la mission du patrimoine par le gouvernement français, Stéphane Bern.

L’évaluation des dommages, les appels d’offres, les travaux préparatoires, d’assainissement, de consolidation, et trouver les entreprises possédant le savoir-faire pour un tel chantier, tout cela pourrait prendre un certain temps, selon des experts.

Des dons sans précédent

Ce qui pourrait accélérer la reconstruction, ce sont les dons sans précédent annoncés en cours de journée, notamment par les familles les plus riches de France, mais aussi du public.

Parmi celles-ci, la famille Pinault (qui possède notamment la marque de haute couture Gucci) a promis 100 millions d’euros (151 M$ canadiens). Elle est suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault (Louis Vuitton et Christian Dior), qui a annoncé un don de 200 millions (302 M$ CAN), et la famille Bettencourt-Meyers (L’Oréal) a aussi garanti 200 millions d’euros.

Avant Après
Photo AFP
Photo AFP

Pas moins de 800 millions d’euros (1,2 milliard $ CAN) avaient ainsi été récoltés mardi en début de soirée.

D’autres ont préféré faire don de matériaux comme l’assureur Groupama qui possède des terres : 1300 chênes centenaires nécessaires à une reconstruction identique, prélevés dans ses forêts normandes, dans le nord-ouest du pays.

 

Opposer les vieilles pierres aux hommes?

Cette pluie de dons en un temps record a suscité des critiques, certains responsables politiques et syndicaux, ainsi que des « gilets jaunes », critiquant la promptitude à se précipiter au chevet de Notre-Dame.

L’ex-«gilet jaune» Ingrid Levavasseur a ainsi fustigé «l’inertie » des grands groupes face à la « misère sociale », tandis que la tête de liste pour les européennes de la gauche radicale, Manon Aubry, appelait les entreprises à « déjà payer leurs impôts plutôt que de médiatiser des dons défiscalisés à 60% ».

Polémique « minable », a rétorqué le dirigeant de l’organisation patronale française Geoffroy Roux de Bézieux.« Opposer les vieilles pierres aux hommes c’est ridicule dans la mesure où ces pierres nourrissent les hommes », avec les années de travail assurées par ce chantier aux « tailleurs de pierre, couvreurs et charpentiers » qui vont y oeuvrer, a défendu Stéphane Bern, le « Monsieur patrimoine » de la présidence.

Le chantier pour ce bijou de l’art gothique, qui faisait l’objet d’importants travaux depuis plusieurs mois, s’annonce colossal, et les interrogations se font jour: reconstruire à l’identique ? Utiliser les mêmes matériaux ?

Le toit, la charpente et la flèche se sont effondrés, jonchant l’intérieur de la cathédrale de monceaux de débris calcinés, mais l’édifice, vieux de plus de 800 ans, est resté debout. Il s’en est fallu de peu, « à un quart d’heure ou une demi-heure près », selon les autorités françaises.

Les deux tours emblématiques de la façade ouest ont été épargnées et le coq de la flèche a été retrouvé. La couronne d’épines et la tunique de Saint Louis, deux objets extrêmement importants pour les catholiques, ont pu être sauvées, comme plusieurs oeuvres d’art, mais certaines n’ont pas pu être déplacées et restent étroitement surveillées par les pompiers.

Expertise québécoise

Enfin, le gouvernement du Québec a lui aussi offert son soutien aux Français pour la reconstruction, par la voix du premier ministre François Legault.

« Ça peut être [sous] plusieurs formes, a-t-il dit. On me disait que [dans le domaine des] orgues, il y a des compétences ici qui pourraient aider là-bas. »

Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
AFP
Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
AFP

 

Le défi de la reconstruction reste entier et les architectes devront prendre des décisions importantes, notamment sur les matériaux à employer. Vont-ils utiliser le même qui a servi à bâtir la toiture et la flèche, ou opter pour une structure avec des matériaux modernes comme le métal ?

Visiteurs

La cathédrale qui a accueilli près de 13 millions de touristes l’an dernier pourrait toutefois être rouverte aux visiteurs sans doute assez rapidement, selon ce qu’ont laissé savoir les autorités.

Qualifiant de « héros » les pompiers qui ont lutté contre les flammes pendant quinze heures, le président Macron a rappelé que le sauvetage de la structure s’est joué « à un quart d’heure, une demi-heure près » et que les dégâts auraient pu être bien pires, selon ce qu’a révélé le secrétaire d’État de l’Intérieur, Laurent Nunez.

Semaine sainte

L’enquête, qui a commencé alors que l’incendie faisait encore rage, s’oriente vers « la piste accidentelle », a précisé le procureur de Paris, Rémy Heitz. Une trentaine de témoins - des ouvriers présents lundi et des employés chargés de la sécurité de l’édifice - ont déjà été entendus et d’autres le seront mercredi.

Mardi soir, des centaines de personnes se sont réunies pour une veillée sous la statue de Saint-Michel à Paris, proche des lieux du sinistre. « C’était important pour moi de me réunir, j’avais un besoin de venir là, ça m’a profondément choquée (...) C’était un besoin de prier avec mes frères et soeurs tout simplement », explique Mathilde, catholique pratiquante de 27 ans.

Le gouvernement français se donne cinq ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris
AFP

 

De Donald Trump à Vladimir Poutine en passant par le président chinois Xi Jinping, le drame a provoqué une vive émotion sur le globe.

En Angleterre, les cloches des églises ont résonné mardi soir, tandis que celles des cathédrales françaises tinteront mercredi à 18H50, « heure du début de l’incendie à Notre-Dame », a indiqué la Conférence des évêques de France.

L’incendie est intervenu au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne.

– Avec l’AFP