/news/transports
Navigation

Traverse de Matane: Bonnardel croit que le Saaremaa fera le travail

L’achat d’un nouveau traversier usagé sera officialisé mercredi par la STQ

Le 27 mars le Saaremaa a subi des dommages mineurs après une collision avec un cargo au port de Cuxhaven. Construit en 2010 en Norvège, il peut accueillir 600 passagers et 160 véhicules. Le Qajaq W, son navire-jumeau, fait la liaison entre Blanc-Sablon et Terre-Neuve depuis janvier, en remplacement de l'Apollo.
Photo courtoisie, Shipspotting Canada Le 27 mars le Saaremaa a subi des dommages mineurs après une collision avec un cargo au port de Cuxhaven. Construit en 2010 en Norvège, il peut accueillir 600 passagers et 160 véhicules. Le Qajaq W, son navire-jumeau, fait la liaison entre Blanc-Sablon et Terre-Neuve depuis janvier, en remplacement de l'Apollo.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les difficultés observées cet hiver avec un traversier identique à Terre-Neuve, le ministre des Transports, François Bonnardel, est confiant que le NM Saaremaa, dont l’acquisition devrait être confirmée mercredi, fera le travail entre Matane et la Côte-Nord.

La Société des traversiers du Québec, qui refusait depuis des semaines de confirmer l’identité du navire qui est dans sa mire, s’est finalement commise sur Twitter après que son nom en tant que nouveau propriétaire du Saaremaa ait apparu dans la banque de données internationale.

« La STQ confirme être en processus d’acquisition du NM Saaremaa comme navire de relève permanent. Il s’agit d’une transaction internationale complexe qui n’est pas officialisée. La STQ réservera ses commentaires pour le moment. La presse sera convoquée mercredi à ce sujet. »

Selon ce qu’il été possible d’apprendre, le navire norvégien construit en 2010, qui est amarré en Allemagne, a obtenu vendredi dernier une pleine certification, valide jusqu’au 10 juin 2020.

Selon l'agence portuaire Sarteri & Berger, un nouvel équipage est monté à bord du Saaremaa le week-end dernier.

Contrairement à l’Apollo, un vieux rafiot acheté à des fins temporaires qui a été envoyé à la casse après seulement quelques traversées, le Saaremaa a été dument inspecté. Une équipe de la STQ s’est aussi rendue sur place.

« Il est en très bon état. Vous comprendrez qu’encore une fois, je veux laisser la STQ faire son travail, mais toutes les analyses, propulseurs, moteurs et autres, en bonne et due forme, ont été faites », a assuré le ministre Bonnardel.

Quant aux difficultés éprouvées depuis janvier par le NM Qajaq W – son navire-jumeau – entre Blanc-Sablon et Terre-Neuve, le ministre Bonnardel a pointé du doigt les conditions de glaces.

« À Terre-Neuve, le capitaine du bateau, on les appelle les sister-ships, [...] n’a jamais vu des conditions aussi difficiles cet hiver. [...] Dans des conditions normales de glaces, on peut opérer. »

- Avec Vanessa Limoges, TVA Nouvelles