/news/currentevents
Navigation

Un proche de l’ex-maire Vaillancourt est radié pour 10 ans

Claude Deguise
photo d'archives Claude Deguise

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-directeur de l’ingénierie de la Ville de Laval écope de 10 ans de radiation pour sa participation au système de partage des contrats publics de l’ex-maire Gilles Vaillancourt.

Après avoir été condamné à 30 mois de prison dans le cadre d’accusations au criminel, Claude Deguise fait face à une nouvelle sanction, de la part cette fois-ci de l’Ordre des ingénieurs.

Il est reproché à cet ancien proche du maire Gilles Vaillancourt d’avoir non seulement toléré le trucage du système d’attribution des contrats de 2002 à 2008, mais d’y avoir aussi « participé activement ».

« À titre de directeur du service de l’ingénierie de la Ville, [Deguise] choisit la firme désignée comme étant celle qui doit remporter le contrat d’ingénierie », est-il écrit dans la décision du conseil de discipline de l’Ordre.

« Une fois fait, [Deguise] communique avec le représentant de cette firme pour lui annoncer la nouvelle, lui remet la liste des soumissionnaires et l’estimation des coûts honoraires établis par la Ville, ajoute le juge administratif Pierre Sicotte. [Deguise] lui demande alors de communiquer avec les autres firmes ayant manifesté leur intérêt pour qu’elles présentent leur soumission à un prix plus élevé que l’estimation [...] Les firmes d’ingénierie non désignées soumettent alors des offres de complaisance afin de garantir l’obtention du contrat par la firme d’ingénierie choisie. »

Ce manège aurait permis de truquer 90 contrats publics, selon la réponse à l’accusation de Claude Deguise.

Ristourne et cadeaux

La décision rappelle également que ce système prévoyait que la firme devait remettre 2 % de la valeur du contrat au parti au pouvoir, soit le parti PRO des Lavallois de l’ex-maire Vaillancourt, qui a plaidé coupable au criminel pour fraude, abus de confiance et complot.

La preuve déposée par le syndic de l’Ordre indique que Deguise avait réclamé à Vaillancourt 500 000 $ comptant lorsqu’il a quitté son poste en 2008.

Il aurait finalement obtenu 350 000 $, en plus de son indemnité de départ. Cette somme lui aurait été remise dans des enveloppes par l’entremise de l’ex-vice-président de la firme Dessau, Rosaire Sauriol.

Deguise, qui n’est plus inscrit à l’Ordre des ingénieurs depuis 2015, a nié ces versements, mais a reconnu avoir reçu en cadeaux au fil des années des bouteilles de vin, des billets de hockey et des remboursements de parties de pêche.

Lors des audiences en 2017, Deguise avait fait valoir ses problèmes d’alcool et son implication bénévole, pour tenter de s’attirer la sympathie du tribunal.