/news/green
Navigation

Crue des eaux: les Lavallois prêts à faire face au pire

Coup d'oeil sur cet article

Des Lavallois se préparaient mercredi à faire face à de possibles inondations en surélevant leurs meubles et en barricadant leurs fenêtres, espérant éviter le cauchemar des crues historiques de 2017.

« La neige n’est pas fondue ici. L’année passée, nous nous en sommes sauvés. J’ai bien peur que ce ne soit pas le cas cette année », a lancé, découragé, le propriétaire d’une résidence, Mario Théoret.

Maxime Trépanier est venu aider son ami Mario Théoret à retirer l’eau de son sous-sol, mercredi, à Laval, alors que la rivière des Mille Îles est sortie de son lit.
Photo Magalie Lapointe
Maxime Trépanier est venu aider son ami Mario Théoret à retirer l’eau de son sous-sol, mercredi, à Laval, alors que la rivière des Mille Îles est sortie de son lit.

Puisqu’il a été touché par les inondations d’il y a deux ans, lui et son ami Maxime Trépanier n’ont pas perdu de temps pour surélever les meubles, faire fonctionner de gros ventilateurs commerciaux et renvoyer l’eau vers le drain à l’aide d’un balai raclette.

Assurances

Depuis 2017, M. Théoret n’a pas chômé. Il a haussé son plancher de 15 cm, a refait son couvre-plancher en ciment et a installé de la brique en plastique sur les murs.

Occupé à rénover l’intérieur, il n’a pas eu encore le temps de creuser les margelles des fenêtres extérieures du sous-sol et faire réparer les fissures des murs.

Pire encore, il a investi 40 000 $ et son dossier n’est toujours pas réglé auprès de son assureur.

« C’est sûr que ça me décourage de ne pas avoir terminé les rénovations », a ajouté l’homme désespéré.

Prévention

Ailleurs, à Laval, Normand Cyr et sa fille Jenny ne sont pas inquiets de voir l’eau monter dans leur rue. Et ce, même si les experts sonnent l’alarme.

Photo Magalie Lapointe

« Ça fait 30 ans que j’habite ici et c’est comme ça toutes les années », a mentionné M. Cyr.

Photo Magalie Lapointe

Ils estiment que les chances sont minces de revivre le même enfer qu’en 2017. Et si jamais l’eau montait, ils ont appris de leurs erreurs. Les pompes sont installées, la génératrice est sur le balcon, les fenêtres sont barricadées et les meubles sont surélevés.