/sports/others
Navigation

Cindy Ouellet veut inspirer la jeunesse

L’athlète paralympique est nommée ambassadrice du Défi sportif AlterGo

Coup d'oeil sur cet article

L’athlète paralympique Cindy Ouellet renouera avec ses anciennes amours en agissant comme ambassadrice du Défi sportif AlterGo, du 26 avril au 5 mai, dans la région de Montréal.

Considéré comme le plus important événement multisport au pays regroupant plus de 8000 athlètes de toutes limitations fonctionnelles, dont des centaines en provenance de différents pays, le Défi sportif est devenu un rendez-vous incontournable au fil des ans. L’édition 2019 marquera sa 36e présentation.

« Ce sont les mini-Jeux paralympiques ! C’est vraiment énorme. On y retrouve des athlètes connus, des athlètes qui débutent, c’est vraiment un gros melting-pot. Je suis partie longtemps pour étudier aux États-Unis, ce qui m’empêchait d’y participer, alors je suis contente d’y retourner. D’être la porte-parole, c’est un bel honneur », a mentionné celle qui revendique quatre participations aux Jeux paralympiques — trois en été en basketball en fauteuil roulant (2008, 2012 et 2016) et une en hiver en paraski de fond (2018).

Modèle

En acceptant le chapeau d’ambassadrice, l’athlète originaire de Rivière-du-Loup espère donner le goût aux personnes aux prises avec un handicap, quel qu’il soit, de s’adonner à la pratique d’activités physiques. Cent cinquante écoles participeront d’ailleurs au défi dans les 15 disciplines au programme.

« Je vais être là pour supporter les jeunes. Je veux être un modèle de persévérance pour les jeunes ayant des limitations similaires aux miennes et de rappeler que peu importe les limitations, le sport est accessible à tous. Aussi, c’est de faire connaître le sport paralympique à tous et au grand public », a souligné la joueuse de l’équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant.

Ouellet disputera d’ailleurs quelques matchs dans son sport de prédilection pendant l’événement.

Été chargé

La résidente de Québec, qui est en voie d’obtenir son doctorat en génie biomédical de l’Université Southern California, ne chômera pas au cours des prochains mois. Elle prendra part à divers matchs préparatoires avec l’équipe canadienne basée à Toronto en prévision des Jeux parapanaméricains prévus à la fin août, à Lima, lesquels serviront de qualifications pour Tokyo 2020.

Le Canada, qui n’a pas raté une qualification paralympique depuis sa participation inaugurale au tournoi féminin de 1972, devra se hisser parmi les deux finalistes pour décrocher son billet

« Ce seront sûrement mes derniers Jeux d’été [en 2020], et après, je veux participer à ceux d’hiver une dernière fois [en 2022] », a-t-elle exposé.