/news/politics
Navigation

François Legault répond à Jason Kenney: oui au gaz, non au pétrole

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

François Legault accepte à moitié la main tendue de l’Alberta: il se dit favorable à la construction d’un gazoduc qui traverserait le Québec, mais refuse tout nouveau projet d’oléoduc qui transporterait du pétrole de l’Ouest.  

«On est ouvert à un gazoduc qui vient de l’Alberta. Mais en ce moment, les partis au Québec sont unanimes: il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour un nouveau pipeline», a martelé François Legault aujourd'hui, lors d’une mêlée de presse avant le début des travaux parlementaires. 

L’Assemblée nationale a d’ailleurs adopté à l’unanimité une motion présentée par Québec solidaire qui affirme que «le Québec a la pleine légitimité de refuser des projets d'oléoduc passant sur son territoire, peu importe les pressions du reste du Canada». 

M. Legault répondait directement au premier ministre désigné de l’Alberta, Jason Kenney, qui s’est adressé en français aux Québécois mardi soir, dans son discours de victoire. «Alors que l'Alberta souffre, nous devons travailler ensemble. Si le Québec et les autres provinces veulent bénéficier de transferts massifs [...] ils doivent être nos partenaires pour nous aider à développer nos ressources et à les expédier sur les marchés internationaux», a-t-il martelé. 

750 kilomètres de gazoduc 

Le premier ministre Legault convient que l’économie albertaine souffre d’une chute du prix du pétrole, mais n’a pas l’intention d’accepter un nouvel oléoduc. Fait nouveau, toutefois: il appuie maintenant directement GNL Québec.   

Cet imposant projet de 750 kilomètres partirait du nord de l’Ontario et traverserait l’Abitibi, la Haute-Mauricie et le Lac-Saint-Jean pour terminer son parcours à Saguenay. Le gaz serait ensuite liquéfié dans une usine et exporté par bateau. «C’est un projet très important entre l’Alberta et le Québec», a soutenu M. Legault. 

Le gazoduc se rendrait jusqu’au second projet, celui de l'usine de gaz liquéfié Énergie Saguenay. Celle-ci serait construite à La Baie.   

«C’est un projet de plus de 10 milliards. Un gazoduc, si jamais il y a une fuite, c’est beaucoup moins dangereux que le pétrole, parce que ça s’évapore. C’est un dossier qui est important pour l’Alberta et pour le Québec.» En décembre dernier, François Legault avait causé la commotion en Alberta en déclarant que le Québec n’était pas intéressé par son «énergie sale». M. Legault n’a pas souhaité reprendre ces propos. 

Le ministre de l’Environnement Benoît Charette a prêté des vertus environnementales au projet puisque la liquéfaction du gaz naturel se ferait avec de l’hydroélectricité. Le BAPE étudiera le projet en deux volets: l’usine de liquéfaction d’une part et le gazoduc de l’autre. 

Péréquation 

Un autre point de discorde entre le gouvernement Legault et la nouvelle administration Kenney se dessine également à l’horizon: le programme de péréquation. Jason Kenney et Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan, veulent une nouvelle formule de calcul qui ferait perdre près de 3,6 milliards de dollars par année au Québec, selon des informations obtenues par l’Agence QMI. 

François Legault, de son côté, souhaite conserver la formule actuelle, même s’il souhaite que le Québec ne dépende plus autant de ce programme protégé par la constitution canadienne.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.