/sports/hockey
Navigation

Gauthier a trouvé sa place

À 23 ans, le costaud attaquant s’est enfin établi à temps plein avec les Leafs

MATCH-DU-CANADIENS-DE-MONTREAL-CONTRE-LES-MAPLE-LEAFS-DE-TORONTO
Photo d’archives Frédérik Gauthier a fait sa niche au sein des Maple Leafs.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Frédérik Gauthier occupe le poste de quatrième centre au sein des Maple Leafs.

Il se retrouve derrière John Tavares, Auston Matthews, et maintenant William Nylander, en remplacement de Nazem Kadri.

À ses trois premiers matchs en séries face aux Bruins de Boston, Gauthier a touché la glace pour une moyenne légèrement supérieure à sept minutes par rencontre (7 min 17 s). Mike Babcock l’utilise avec parcimonie, mais ça n’empêche pas l’ancien choix de premier tour des Maple Leafs d’afficher un grand sourire.

Pour lui, c’est une petite bataille gagnée. À sa quatrième saison chez les professionnels, il a enfin décroché un poste de régulier au sein de l’équipe. Il a participé à 70 des 82 matchs des siens en saison et il est en uniforme depuis le début des séries.

« C’est le fun de pouvoir rester ici toute l’année, a dit Gauthier en entrevue au

Journal de Montréal, le matin du troisième match. J’ai joué un bon nombre de matchs. Je suis content de m’établir avec les Leafs. Pour une première saison complète, je suis assez satisfait. Même si tu en veux toujours plus. J’ai réussi à jouer et garder mon poste. C’est déjà un gros départ. »

« J’ai eu de bonnes années de développement dans la Ligue américaine avec les Marlies, a-t-il continué. Quand j’ai obtenu ma chance cette année, j’étais prêt à la saisir. Les Leafs sont une organisation avec beaucoup de profondeur. Je ne dois rien tenir pour acquis. Je dois prouver que j’ai ma place à tous les matchs. J’ai amélioré mon niveau de constance, je crois que c’est ça qui a fait la plus grande différence. »

Gagnant

Au repêchage de 2013, les Maple Leafs ont réclamé Gauthier au premier tour avec le 23e choix au total. Trois rangs plus tard, le Canadien a repêché l’attaquant Michael McCarron. Les deux attaquants sont construits dans le même moule.

Gauthier mesure 6 pi 5 po et pèse 238 lb, alors que McCarron fait 6 pi 6 po et 230 lb.

À une certaine époque, les équipes de la LNH s’arrachaient les gros attaquants. C’est maintenant un peu plus rare. Pour survivre dans la LNH, les géants ont besoin d’être presque aussi rapides que les petits joueurs.

Si Gauthier a maintenant sa place à Toronto, McCarron fait du surplace avec le Rocket de Laval.

« J’ai toujours travaillé à améliorer ma vitesse et je le fais encore, a dit le numéro 33 des Maple Leafs. Mais j’ai aussi compris mon rôle et je me concentre sur les détails. »

Il y a aussi une différence importante entre les deux colosses. Gauthier a eu le privilège de grandir au sein d’une très bonne équipe dans la Ligue américaine avec les Marlies. Au printemps dernier, il a d’ailleurs remporté la coupe Calder.

« J’ai eu la chance de jouer dans plusieurs situations différentes avec les Marlies, a-t-il noté. Quand tu fais le saut plus jeune, tu n’as pas toujours la chance d’occuper un rôle important. J’ai aussi gagné la coupe Calder. Il s’agissait d’une occasion unique. J’ai acquis un bon bagage d’expérience avec ce championnat. »

Mike Babcock a d’ailleurs utilisé le mot gagnant pour décrire son quatrième centre.

« Fred est comme plusieurs jeunes au sein de cette équipe, il a grandi dans la Ligue américaine et il cherche encore à s’améliorer, a dit l’entraîneur en chef. Il a travaillé sur son jeu défensif, sa rapidité, son intensité et ses mises en jeu. »

« Mais ce que j’aime de lui, c’est qu’il gagne partout où il passe. Gauth a gagné avec les Marlies et il a gagné l’or au Mondial junior et au championnat des moins de 18 ans avec Équipe Canada. C’est ce qu’il fait. Il gagne. Ça semble le suivre. »

Gentil géant

Travis Dermott a connu Gauthier avec les Marlies et les Leafs.

« Fred est bon pour notre équipe, a affirmé le défenseur de 22 ans. Il trouve des façons de devenir efficace malgré un temps de jeu limité. Il est très imposant, il prend de la place sur la glace et il peut ouvrir des espaces pour ses coéquipiers. »

En 70 matchs cette saison, Gauthier a récolté 14 points (3 buts, 11 passes), présenté un différentiel de +3 et passé 12 minutes au banc des punitions. Il a terminé l’année avec 98 mises en échec. Les collègues à Toronto lui reprochent de manquer parfois de combativité.

« Il est surtout un gentil géant, mais quand il se trouve au sommet de son jeu, il peut devenir un peu méchant, a répliqué Dermott. Il sait ce qu’il doit faire. Il est très fort physiquement. »