/news/politics
Navigation

Tramway de Québec: Geneviève Guilbault réplique à la mairesse Plante sur les fonds fédéraux

Le financement du tramway de Québec divise

Tramway
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Même si la mairesse Valérie Plante affirme que les fonds fédéraux destinés au transport en commun ne peuvent être redistribués « sans l’accord de Montréal », c’est à Ottawa de décider, a répliqué la vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Alors que le gouvernement Legault et l’administration Labeaume réclament depuis des semaines que soit revue la méthode de distribution des fonds fédéraux réservés aux projets de transports en commun, la mairesse de Montréal Valérie Plante a fait savoir qu’elle entend utiliser chaque sou qui revient à sa ville.

Selon l’entente conclue l’an dernier entre les gouvernements Couillard et Trudeau, les 5,2 G$ contenus dans ce volet du programme d’infrastructures fédéral sont répartis selon l’achalandage des sociétés de transport. La métropole obtient donc la part du lion.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Relancée à ce sujet en marge du caucus caquiste, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a réitéré qu’elle considère « inéquitable » que la Ville de Québec « ait droit seulement à 400 M$ dans cette enveloppe », alors que la demande pour financer le projet de réseau structurant est de 1,2 G$.

À Ottawa de décider

Après les signes d’ouverture démontrés récemment par le gouvernement Trudeau, Ottawa a informé Québec que les règles de partage des fonds seraient finalement revues, mais à condition que Montréal et ses sociétés de transport confirment qu’elles n’ont pas besoin des fonds dans l’immédiat.

Ottawa devrait-il revoir les critères de son programme sans l’accord de la métropole ? « C’est une décision qui revient au gouvernement fédéral », a laissé tomber la ministre Guilbault.

La mairesse Plante doit rencontrer M. Dubé, cette semaine, pour en discuter. La vice-première ministre a bon espoir « de pouvoir, peut-être, trouver tous ensemble une solution qui va convenir à tout le monde ».