/news/transports
Navigation

Traverse de Matane : le NM Saaremaa devra se faire attendre encore jusqu’à la mi-juillet

La Société des traversiers du Québec a confirmé le dépôt d’une offre d’achat conditionnelle de 39 M$

Traverse de Matane : le NM Saaremaa devra se faire attendre encore jusqu’à la mi-juillet
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

En attendant la mise en service en juillet du NM Saaremaa – un navire usagé qui coûtera 39 M$ – la Société des traversiers du Québec (STQ) tentera de faire certifier un autre traversier afin d’assurer un service minimal entre Matane et la Côte-Nord, à compter de la fin mai.

« Le processus n’est pas complété », mais « la STQ est sur le point de se porter acquéreuse du Saaremaa » pour la somme de  25,7 M$ d’euros (39 M$CAD), a confirmé le pdg par intérim de la société d’État, Stéphane Lafaut.

Si tout se passe bien d’ici son arrivée dans les eaux du Saint-Laurent le mois prochain, le NM Saaremaa, un traversier norvégien construit en 2010 « joindra la flotte de la STQ de façon permanente et ce pour plusieurs décennies » à titre de navire de relève pour la traverse de Matane, Baie-Comeau et Godbout, a annoncé le pdg par intérim de la STQ, Stéphane Lafaut, ici accompagné de son directeur du bureau de gestion de projets Benoit Cormier.
Photo Simon Clark
Si tout se passe bien d’ici son arrivée dans les eaux du Saint-Laurent le mois prochain, le NM Saaremaa, un traversier norvégien construit en 2010 « joindra la flotte de la STQ de façon permanente et ce pour plusieurs décennies » à titre de navire de relève pour la traverse de Matane, Baie-Comeau et Godbout, a annoncé le pdg par intérim de la STQ, Stéphane Lafaut, ici accompagné de son directeur du bureau de gestion de projets Benoit Cormier.

 

Dès la semaine prochaine, le Saaremaa, un traversier norvégien construit en 2010, entreprendra la traversée de l’Atlantique en partance de l’Allemagne, où il est amarré depuis plusieurs mois. Son arrivée à Québec est espérée pour la mi-mai.

Vers la mi-juillet

Dès lors, M. Lafaut promet que la STQ mettra « les bouchées doubles » afin de mettre le navire en service le plus rapidement possible. Le bateau devra notamment être soumis à des travaux de mise aux normes canadiennes (5 à 6 M$) avant d’obtenir la certification requise pour naviguer sur le Saint-Laurent.

Dans le meilleur des scénarios, la STQ s’attend à ce que cette période « d’opérationnalisation » dure huit semaines, au lieu de douze, comme ce devrait normalement être le cas.

Au mieux, le Saaremaa devrait être en mesure de rétablir un service régulier à Matane vers la mi-juillet.

La STQ avait d’abord misé sur le mois de juin, mais les travaux de réparation devenus nécessaires après une récente collision avec un autre navire lors d’essais dans le port de Cuxhaven ont retardé le processus d’au moins deux semaines.

NM Félix-Antoine-Savard

Dans l’attente, le CTMA Voyageur continuera à offrir deux allers-retours entre Matane et la Côte-Nord, du jeudi au samedi, jusqu’au 31 mai. En plus de la desserte aérienne, les traverses voisines ont aussi devancé leur début de saison estivale.

Afin d’éviter une interruption du service maritime, la STQ a demandé à Transports Canada de l'autoriser à utiliser un autre traversier de relève qu’elle compte déjà dans sa flotte : le NM Félix-Antoine-Savard. Construit au chantier Davie en 1996, ce navire est doté d’une capacité de 376 passagers et 70 véhicules. Il semble que ce navire, qui a déjà été utilisé comme navire complémentaire à la traverse de Tadoussac, ait déjà servi à Matane, mais M. Lafaut n’était pas en mesure de préciser quand.

M. Lafaut n’a pas voulu non plus révéler à combien se chiffre maintenant la mésaventure du NM F.-A. Gauthier, ce traversier italien flambant neuf qui est hors service depuis décembre dernier en raison de bris majeurs aux propulseurs. « On n’a pas fini de comptabiliser », s’est limité à dire le pdg intérimaire de la STQ.

La STQ n’écarte pas non plus d’entreprendre des recours contre Labrador Marine, qui lui a vendu pour 2,1 M$ le NM Apollo, un rafiot datant de 1970 qui a été mis hors service après seulement quelques traversées, à la suite de collisions avec les quais de Matane et de Godbout.

Selon M. Lafaut, quelques acheteurs potentiels se seraient manifestés pour l’Apollo, qui a coûté jusqu’à maintenant 3,3 M$ aux contribuables. Le navire est maintenant amarré dans le port de Québec, où il ne sert plus.

Comparaison des navires

NM F.-A. Gauthier            

  • Année de construction    2013-2014                
  • Constructeur: Fincentieri Castellamare, Italie    
  • Capacité - Passagers: 800                                     
  • Capacité - Véhicules: 180                   
  • Vitesse de croisière: 17-18 nœuds (20 nœuds max.)        
  • Longueur: 133,2 mètres                
  • Largeur: 22,4 mètres               
  • Jauge brute: 16 000 tonneaux                

NM Saaremaa    

  • Année de construction: 2010              
  • Constructeur: Fiskerstrand Verft, Norvège
  • Capacité - Passagers: 600                                     
  • Capacité - Véhicules: 150                 
  • Vitesse de croisière: 9,8 nœuds en moyenne (17,5 max.)        
  • Longueur: 98 mètres                
  • Largeur: 18 mètres               
  • Jauge brute: 5233 tonneaux           

NM F.-A. Savard

  • Année de construction: 1996
  • Constructeur: Chantier Davie, Lévis
  • Capacité - Passagers: 376
  • Capacité - Véhicules: 70
  • Vitesse de croisière: 15 nœuds 
  • Longueur: 82 mètres
  • Largeur: 21,5 mètres
  • 2 489 tonneaux

* La liaison aérienne entre Mont-Joli, Baie-Comeau et Sept-Îles demeurera en service jusqu'au 31 juillet.

* Le NM CTMA Voyageur sera en service à la traverse de Matane jusqu'au 31 mai: deux traversées aller-retour par jour de chaque rive les jeudis, vendredis, et samedis, 12 passagers maximum, avec priorité aux camions lourds.