/portemonnaie
Navigation

[VIDÉO] Dominatrice et entrepreneure, cette Montréalaise nous dévoile ses secrets

Coup d'oeil sur cet article

Maîtresse Chloé m'a ouvert la porte de son appart hochelagais avec une nonchalance rassurante. C’est qu’elle me sait un peu nerveuse.

Depuis 8 ans, la Montréalaise profite d'un marché qui n'est pas près de s'essoufler en proposant ses services de domination. Elle fait figure d’exception en œuvrant de manière complètement indépendante.

Car l’engouement pour les pratiques BDSM (bondage et discipline, domination et soumission, sadisme et masochisme) est palpable. Et ça, Maîtresse Chloé l’a bien compris.

Elle m’explique avoir le privilège de définir ses services, de filtrer ses clients et de fixer les termes et les tarifs de ses échanges. Tout ça, dans un cadre qui est contrôlé, sécuritaire et empowering.

Elle est sa propre boss.

Nous nous installons dans son donjon, baptisé sa pièce reliée au jeu, et décidons de jouer cartes sur table.

Il aurait été dommage de prendre des gants blancs lors de notre entretien. Ces quatre murs ont vu mieux.

J'arpente la pièce en échappant des oh! et des ah! bien sentis lorsque j’en découvre les secrets.

Cravaches, bâillons et fouets trônent fièrement sur le mur principal – si bien que je ne peux contenir mon émoi.

Visiblement habituée de susciter autant la curiosité, Maîtresse Chloé prends le temps de m'expliquer à quoi servent ces objets avant même que je puisse trouver les mots justes pour lui formuler la question.

Ma vidéaste s’enthousiasme à prendre des stories sur une sex swing alors que j’explique à notre hôtesse pourquoi je tenais tant à la rencontrer.

Ici, on va droit au but. Et la délicatesse est relayée au second plan.

Il n’y a pas de doute: Maîtresse Chloé a su mettre à bien sa fibre entrepreneuriale. Voyez par vous-même dans la vidéo ci-contre.

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux