/opinion/columnists
Navigation

En attendant Mueller

Coup d'oeil sur cet article

Quoi qu’en dise le président Trump, la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller ne fera pas disparaître la controverse qui lui colle à la peau depuis son élection.

Bien au contraire. Ce qu’on pourra lire dans le rapport rendu public aujourd’hui par l’« Attorney General » William Barr soulèvera inévitablement de nouvelles controverses et les passages caviardés qu’on ne pourra pas lire en soulèveront probablement encore plus.

Le titre de cette chronique vous rappelle peut-être celui de la pièce de Samuel Beckett, où deux personnages attendent le mystérieux Godot. C’est voulu.

Le dramaturge avait qualifié sa pièce de tragicomédie absurde et l’attente du rapport Mueller aura laissé à plusieurs la même impression.

À quoi peut-on s’attendre de la publication de ce rapport ?

Exonération totale ?

On sait déjà que malgré les contacts entre l’équipe de la campagne Trump et des agents de la Russie, l’enquête Mueller n’aurait pas pu établir une preuve suffisante forte pour porter des accusations criminelles contre le président et son entourage.

Quant aux entraves à la justice, Mueller précise qu’il ne peut pas exonérer le président et laisse aux destinataires de son rapport le soin de tirer des conclusions.

On est loin de l’exonération totale, mais c’est la conclusion que le président a déjà convaincu ses partisans de tirer, peu importe le contenu du rapport.

Ça va « spinner »

Il y a un contraste entre l’insistance de Donald Trump à dire que l’enquête Mueller l’exonère totalement et la frénésie avec laquelle son entourage a préparé le « spin » qui suivra la publication.

Même si les preuves ne s’avèrent vraiment pas suffisantes pour justifier une accusation criminelle, cela ne signifie pas que des gestes répréhensibles n’ont pas été posés ou que l’équipe de campagne de Trump n’a pas été manipulée comme une bande d’amateurs par les Russes.

Quant aux entraves à la justice, il est peu probable que William Barr y voit matière à poursuite, étant donné sa loyauté quasi obséquieuse envers le président. Les démocrates du Congrès tireront sûrement la conclusion opposée, mais de là à dire qu’ils entameront des procédures de destitution contre le président, il y a un pas que peu d’entre eux sont prêts à franchir.

Sortir de l’incertitude ?

À ce jour, l’enquête Mueller a démasqué plusieurs criminels dans l’orbite de Donald Trump, mais elle n’a pas réussi à convaincre les républicains de lui retirer leur confiance.

C’est pourquoi les démocrates hésitent à envisager la destitution, car même si le rapport Mueller est accablant pour Trump, les conclusions à en tirer resteront sujettes à diverses interprétations.

Il est aussi possible que les passages caviardés soient si nombreux qu’ils rendent la version publique du rapport inutilisable. Si tel est le cas et que William Barr parvient à empêcher le Congrès d’obtenir le rapport complet, on continuerait à baigner dans l’incertitude.

Si le rapport publié aujourd’hui dissimule trop d’éléments essentiels, la tragicomédie absurde dont on a été témoin « en attendant Mueller » pourrait bien se poursuivre.