/finance
Navigation

Pertes de 270 millions $ pour Postes Canada en 2018

QMI_QMI_1312111753005
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Postes Canada a perdu 270 millions $ avant impôts en 2018, surtout en raison du règlement de la question de l’équité salariale et de la grève tournante de l’automne dernier.

La société d’État a affirmé par communiqué jeudi qu’il s’agit d’un «bilan décevant au terme d’une année difficile».

Elle a précisé que les coûts de l’équité salariale s’élevaient à 280 millions $, tandis que ceux de la grève sont chiffrés à 135 millions $ en 2018, mais qu’ils ont été compensés par un profit comptable sur les indemnisations des accidents de travail de 48 millions $ à la suite d’une mise à jour actuarielle.

Sans ces trois éléments non récurrents, elle aurait enregistré un bénéfice l’an dernier.

Par rapport à 2017, Postes Canada a eu 346 millions $ en moins dans ses coffres avant impôts.

La société d’État a connu une «forte hausse des volumes de colis et une baisse importante des volumes de courrier». Le secteur des lettres, des factures et des relevés a diminué de 5,5% en 2018, soit 151 millions $ par rapport à l’année précédente.

Celui des colis a grimpé de 13,6% comparativement à 2017, une hausse de 308 millions $.

En incluant les résultats de ses trois filiales en propriété non exclusive (Purolator, Groupe SCI et Innovapost), le Groupe d’entreprises de Postes Canada a essuyé une perte avant impôt de 110 millions $, contrairement à des profits de 204 millions $ en 2017.

Craintes syndicales

Ces pertes l’an dernier font craindre des fermetures de bureaux de poste dans les régions rurales, a mentionné l’Association canadienne des maîtres de poste et adjoints.

«Lorsque l’accent est mis sur les profits, les services sont réduits dans les régions rurales et éloignées, car nous ne sommes pas tellement rentables», a mentionné sa présidente Brenda McAuley, par communiqué, jeudi. «Les réductions et les fermetures de nos bureaux de poste peuvent porter un coup mortel aux communautés rurales.»

Le syndicat voudrait que Postes Canada se lance dans toute une gamme de services pour maintenir sa présence dans les zones rurales.

«Postes Canada pourrait offrir aux gens des services financiers, le service à large bande et les services sans fil, des bornes de recharge pour véhicules électriques et d’autres possibilités pour les appuyer localement», a précisé Brenda McAuley.