/opinion/columnists
Navigation

Plus vite que jamais

Coup d'oeil sur cet article

Avouez que, celle-là, vous ne l’avez jamais vue venir. Moi non plus. En vidant leurs casiers hier matin, les joueurs du Lightning de Tampa Bay devaient encore se gratter le coco, se demandant de quelle couleur était le camion à vidange qui leur a passé sur le corps.

Rien n’est acquis dans cette ligue où tout peut maintenant changer en très peu de temps.

Souvenez-vous de cette première année exceptionnelle de Vegas.

C’était annonciateur. Le hockey n’est plus comme avant. Stratégie, résilience et surtout acharnement au travail peuvent désormais culbuter toutes les prédictions.

Crosby et ses Penguins grisonnants se sont heurtés à Barry Trotz, le Jacques Lemaire des temps modernes. Le party a pris fin de bonne heure et, désormais, gare aux Islanders.

ET NOUS ?

Ça change très vite. Il y a deux ans, Chicago, Minnesota, Anaheim, Montréal, Edmonton et les Rangers étaient parmi les 10 meilleures équipes de la saison 2016-17. Aucune d’entre elles n’est en séries cette année.

Le mûrissement des joueurs est accéléré.

La bonne nouvelle, c’est que ce hockey moderne à grande vitesse et dessiné pour les jeunes ouvre des portes et permet de croire que quelques changements opportuns ou chanceux peuvent faire une grande différence et rapidement dans n’importe quelle équipe.

Est-ce possible à Montréal ? Pourquoi pas.

En attendant, continuons l’observation des boîtes à surprises, mais ne me dites pas que Pacioretty va gagner la coupe Stanley. Je me rase les jambes jusqu’au cou et les aisselles jusqu’aux chevilles.

MACÉDOINE

  • Oui, Justin, tu peux aller à Paris, mais, de grâce, laisse faire l’habit de pompier.
  • Circulation lente en Beauce. C’est ponton à ponton.
  • Ce qui est commode quand tu joues pour le Lightning, c’est que les terrains de golf sont déjà prêts.
  • Dans le projet de rénovation de Notre-Dame de Paris, Donald Trump propose une clôture.
  • Ce que j’aimais le plus à l’école, c’étaient les activités paresses scolaires.

À DEMAIN

Montréal, une ville affamée. Les rues sont pleines de p’tits creux.