/news/green
Navigation

L’armée est demandée en renfort

Les premières crues des eaux majeures sont prévues pour dimanche au Québec et les villes s’y préparent.

FD-INONDATION-LAVAL
Photo Agence QMI, Maxime Deland Les Lavallois continuaient de s’activer vendredi afin de se préparer en vue de la crue des eaux, en plaçant des sacs de sable, puisque la rivière des Mille Îles est sortie de son lit.

Coup d'oeil sur cet article

Moins de 24 heures après avoir indiqué que l’armée canadienne n’était pas nécessaire pour faire face aux inondations prévues dimanche, Québec s’est ravisé vendredi et des soldats seront déployés selon l’ampleur de la situation.

« Les risques d’inondations qu’on entrevoyait depuis quelques jours demeurent les mêmes, mais ce qu’on constate, c’est que ça pourrait s’échelonner sur plus de jours que ce qu’on croyait », a expliqué la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors d’un point de presse au centre des opérations du ministère.

La veille, elle avait pourtant assuré que les ressources au Québec seraient suffisantes.

Toutefois, la vice-première ministre a rapporté que les autorités s’attendent « à de premières inondations majeures dimanche », selon les données disponibles vendredi.

Ici on voit des citoyens prendre part à la corvée.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Ici on voit des citoyens prendre part à la corvée.

Plus prêts qu’en 2017

À Montréal, la mairesse Valérie Plante a estimé que l’armée ne serait pas nécessaire pour le moment, mais a assuré que des leçons ont été tirées des crues printanières d’il y a deux ans.

« Énormément de travail a été fait au niveau des digues durant les dernières semaines », a-t-elle indiqué.

« Clairement, la situation est très très différente de 2017 où on était en réaction, a soutenu Mme Plante. Cette fois, on a la situation en main, on est prêts. »

Le gouvernement québécois offre également aux municipalités qui en feront la demande de permettre aux commerces tels qu’épiceries et quincailleries d’ouvrir exceptionnellement leurs portes dimanche, normalement fermées à Pâques.

« On ne veut lésiner sur aucun moyen et on ne veut ménager aucun effort », a souligné Mme Guilbault.

Peu de détails

Contactées vendredi par Le Journal, les Forces armées canadiennes (FAC) n’étaient pas en mesure de préciser la façon dont les soldats seraient déployés ni le nombre d’effectifs réquisitionnés. La planification était toujours en cours en soirée, notamment en envoyant des équipes de reconnaissance.

« Le nombre de personnes déployées dépend de l’ampleur de la catastrophe naturelle. Les autorités provinciales présentent une demande d’aide indiquant dans quelle mesure elles ont besoin de l’aide des FAC. À partir de là, les FAC déterminent le nombre de personnes et le type de ressources à envoyer », a-t-on précisé par courriel.

Réclamée par des élus de plusieurs municipalités, l’annonce de l’intervention de soldats a réjoui plusieurs citoyens qui avaient été touchés par les crues de 2017.

« La dernière fois, l’armée est arrivée trop tard, a estimé le Trifluvien André Deshaies, qui demeure près du fleuve Saint-Laurent. Je trouve qu’ils ont appris des erreurs d’il y a deux ans. Ils prennent de bonnes décisions. »

Les niveaux d’eau pourraient augmenter très vite au cours du week-end. Environnement Canada prévoit des quantités de pluie entre 25 et 50 millimètres jusqu’à dimanche après-midi, selon les régions, avec des températures autour de 10 degrés Celsius.

–Avec Matthieu Payen, Marc-André Gagnon et Amélie St-Yves


Consultez les conditions météorologiques des prochains jours