/sports/opinion/columnists
Navigation

Le retour de la vieille garde

Avec Joel Quenneville à la barre, les Panthers seront une meilleure équipe la saison prochaine.
Photo d'archives, AFP Avec Joel Quenneville à la barre, les Panthers seront une meilleure équipe la saison prochaine.

Coup d'oeil sur cet article

L’embauche des entraîneurs sortant des universités américaines est-elle terminée ? Est-ce le retour de la vieille garde ?

Les décisions prises par les propriétaires de trois concessions au cours des 10 derniers jours indiquent clairement qu’ils veulent des résultats rapides et que les entraîneurs d’expérience, ceux qui ont du vécu dans une ligue de plus en plus compétitive, apparaissent comme la solution la plus logique.

  • Joel Quenneville dirigera les Panthers de la Floride.
  • Todd McLellan tiendra les guides des Kings de Los Angeles.
  • Alain Vigneault prendra la relève à Philadelphie.

Tous ont signé des contrats de plusieurs saisons.

Déjà, on prévoit que les Panthers seront une meilleure formation l’an prochain. Que les Flyers deviendront une équipe mieux structurée dans le système de Vigneault et à Los Angeles, c’est l’inconnu. Si McLellan a fait chou blanc dans son rôle d’entraîneur-chef des Oilers d’Edmonton alors que Connor McDavid et Leon Draisaitl étaient ses deux piliers en attaque, comment peut-il sortir les Kings du bourbier dans lequel ils sont empêtrés depuis deux ans ? À cet égard, il pourra miser sur un centre polyvalent, Anze Kopitar, et sur un défenseur de haut niveau, Drew Doughty.

Le Canadien attentif

Quenneville et Vigneault travailleront dans l’Association de l’Est, par conséquent, il y a de quoi attirer l’attention des penseurs du Centre Bell. La compétition risque d’être encore plus intense l’hiver prochain.

La Floride compte sur des joueurs très talentueux et si jamais Quenneville parvient à attirer Artemi Panarin à Sunrise, attention ! Sergei Bobrovsky sera également dans la mire des Panthers.

À Philadelphie, le jeune gardien Carter Hart va se plaire dans le système de Vigneault, qui a toujours bâti une solide brigade défensive partout où il est passé. Et du même coup, les Flyers pourront compétitionner au même niveau que bien des formations de l’Association de l’Est.

Les changements apportés ne devraient donc pas laisser Marc Bergevin indifférent. On a beau revenir sur les 96 points récoltés par le Tricolore cette saison, il faut constamment retourner à la planche à dessin.

On connaît les priorités.

Et, à la lumière de ce qu’on peut observer depuis le début des séries éliminatoires, la rapidité est une chose, mais l’aspect physique est un élément à considérer, plutôt un élément à ne pas négliger.

Est-ce qu’un bond de 25 points est l’indice que l’an prochain, le Canadien atteindra finalement l’objectif ultime ?

Pas la coupe Stanley, mais bien une participation aux séries éliminatoires ?

Pas vraiment.

Pas avec tous les revirements qui soulèvent bien des interrogations.

Le grand ménage ?

Le Lightning a vécu un véritable cauchemar en séries. En l’espace de six jours, une saison de 62 victoires était effacée d’un trait et l’équipe disparaissait de la carte des séries.

Qui l’eût cru ?

Et maintenant, le directeur général, Julien BriseBois, doit-il démanteler une formation qui, pendant 82 matchs, a dominé outrageusement le hockey professionnel ?

Il vaut mieux prendre du recul et regarder autour de soi.

Par exemple, les Capitals de Washington qui, pendant plusieurs saisons, malgré les déboires en séries éliminatoires, a toujours gardé dans leur environnement les joueurs les plus influents et les joueurs exerçant un impact sur les opérations quotidiennes de la concession.

Tampa Bay représente et demeure toujours une équipe de haut niveau. Andrei Vasilevskiy a joué en dépit d’une blessure perdant son duel contre Sergei Bobrovsky.

Victor Hedman n’a jamais récupéré d’une solide mise en échec encaissée en fin de saison. Ce sont deux éléments importants.

Cependant, BriseBois sait très bien qu’il devra rebâtir sa brigade défensive. Quelques vétérans vont quitter (Stralman, Coburn, Girardi) et il est possible que le directeur général rachète le contrat du vétéran Ryan Callahan.

Il surveillera comment va évoluer le dossier Erik Karlsson.

Se pourrait-il également que Benoît Groulx se joigne au personnel d’entraîneurs ?