/news/currentevents
Navigation

Rigaud: il achète une barrière de 43 000 $ pour protéger sa maison des inondations

Rigaud: il achète une barrière de 43 000 $ pour protéger sa maison des inondations
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

RIGAUD | Des milliers de citoyens vivent dans l’anxiété ce week-end en raison des inondations qui sont attendues dans plusieurs régions au Québec, mais Robert Bergeron est un peu moins angoissé que ses voisins.  

• À lire aussi: Une femme perd la vie dans un affaissement de la route

• À lire aussi: Pluie printanière: l’est de la province toujours en état d’alerte

C’est que ce résident de Rigaud, en Montérégie, a pris les grands moyens pour protéger sa demeure qui avait été lourdement endommagée par les inondations du printemps 2017.  

Rigaud: il achète une barrière de 43 000 $ pour protéger sa maison des inondations
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

M. Bergeron a acheté d’une compagnie de Drummondville, dans le Centre-du-Québec, une barrière en plastique qui se gonfle à même l’eau se déversant des rivières en crue. Cette barrière, en se déployant, crée une digue entre le cours d’eau et la maison à protéger.   

  • À VOIR AUSSI:   

 

«L’armée se sert de ces choses-là dans les trajectoires où il y a de grosses rivières à traverser et que les rapides sont forts», a expliqué M. Bergeron en entrevue à Denis Lévesque, vendredi soir.  

L'homme a payé 43 000 $ pour acheter cette barrière anti-inondations, mais il estime que c’est de l’argent bien investi si ça peut empêcher sa maison d’être atteinte par les eaux.  

«Ça a coûté 147 000 $ pour la remettre en ordre avec les meubles, les planchers de bois franc, etc. Cette expérience-là nous a fait très mal, a affecté le moral de ma femme et le mien», a-t-il dit en référence aux inondations de 2017.  

Rigaud: il achète une barrière de 43 000 $ pour protéger sa maison des inondations
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Son épouse et lui ont vécu six mois dans leur roulotte en attendant que leur résidence soit de nouveau habitable et le couple ne souhaite pas revivre une telle épreuve.  

Il est convaincu que sa barrière de plastique va leur permettre de rester à la maison si l’eau menace de nouveau cette année.