/opinion/columnists
Navigation

L’extrémisme anti-laïcité

Coup d'oeil sur cet article

On aime dire que le débat sur la laïcité suscite des dérapages. On s’en inquiète d’autant plus qu’il est désormais habituel d’aller à la pêche aux commentaires abjects qui traînent sur les médias sociaux pour les monter en épingle et ensuite s’en indigner.

Modération

Il est bien vu, dans les circonstances, de se désoler des excès des deux camps, en se posant au même moment comme arbitre et gardien de l’équilibre démocratique. Rien n’est plus agréable, dans une société aseptisée, que de se poser au centre du jeu en dénonçant les extrêmes.

Mais les choses sont un peu plus compliquées.

Dans ce débat, les torts ne sont pas bien partagés. D’un côté, le gouvernement et ceux qui soutiennent le projet de loi 21 s’inscrivent globalement sous le signe de la modération. Il faut dire que le projet de loi est terriblement minimaliste.

Les partisans de la laïcité ont mis beaucoup, mais vraiment beaucoup d’eau dans leur vin. On peut croire que le gouvernement s’imaginait ainsi apaiser les adversaires de la laïcité. Il n’espérait certainement pas les convaincre des vertus de la laïcité, mais au moins de la légitimité de ce choix démocratique.

C’était trop espérer.

Dans ce débat, ce sont les adversaires de la laïcité qui ont perdu le sens de la nuance. Ils hurlent au racisme, à la xénophobie, à l’islamophobie, à la discrimination. De Justin Trudeau à Valérie Plante, en passant par les leaders « inclusifs » qui en appellent plus ou moins explicitement à la séparation de Montréal du reste du Québec, ce sont eux qui enflamment le débat en laissant croire que notre société s’éloigne de la démocratie.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Anti-laïcité

On comprend que pour la coalition anti-laïcité, toute forme d’encadrement des signes religieux relève de l’autoritarisme majoritaire. Dans leur esprit, c’est multiculturalisme ou barbarie.

Ils empoisonnent le débat public et prétendent en même temps nous sermonner.