/misc
Navigation

Mouchetée: de multiples approches

Il existe une foule de manières de déjouer l’omble de fontaine. Ne soyez pas routinier et assurez-vous d’expérimenter différentes approches. Bonne pêche !
Photo courtoisie Il existe une foule de manières de déjouer l’omble de fontaine. Ne soyez pas routinier et assurez-vous d’expérimenter différentes approches. Bonne pêche !

Coup d'oeil sur cet article

Dès le 26 avril, nous pourrons nous lancer aux trousses de l’omble de fontaine dans la majorité des cours d’eau de la Belle Province qui seront dégelés.

En fonction du temps de l’année, les poissons migrent, des faibles profondeurs en début de saison, pour aller se blottir par la suite entre deux eaux ou à proximité des abysses. Je vous propose ce matin un survol de l’ensemble des approches, allant des plus simples aux plus élaborées pour déjouer ces combattants.

Au naturel

En plus d’être fort goûteux et odoriférants, les vers de terre se déhanchent activement dans l’eau, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention des prédateurs. La méthode la plus facile pour les utiliser consiste à positionner un petit hameçon dans la portion supérieure, où se situe le nez, puis à le lancer au large afin qu’il dérive au gré des vents et des courants. Si ce dernier est vigoureux, il sera beaucoup plus invitant. Un montage avec deux hameçons s’avère une bonne façon d’accroître vos chances d’attraper les truites lors du ferrage. Il est possible de lester le tout en se servant d’un plomb pincé, avec un centre caoutchouté ou en forme de bottine, d’un marcheur de fond ou d’un émerillon triple avec lest. L’injection d’une bulle d’air dans le corps du lombric lui permettra de flotter dans le champ d’attaque des mouchetées.

L’utilisation d’une Bob-It ou d’un des multiples modèles de harnais à ver, garnis d’un lombric, qu’il soit lesté ou non, ajoute d’intéressantes vibrations et de nombreux reflets.

On peut se servir d’une flotte ronde ou idéalement profilée afin de présenter ces êtres rampants à la hauteur désirée dans la colonne d’eau, tout en offrant peu de résistance lors des attaques. L’ajout de minuscules plombs pincés peuvent maintenir le tout où vous le souhaitez.

Toutes les approches mentionnées dans ce paragraphe peuvent être exploitées avec certaines autres proies légales, comme des sangsues, des insectes et même de petites grenouilles dans certains cas.

Offrandes métalliques

Les petites cuillères ondulantes munies d’un trépied ou d’un hameçon simple comme les Ridge Back, W10 et 20, Weaver, etc. peuvent générer d’excellents résultats si on les exploite tel quel, au lancer ou à la traîne.

Les cuillères tournantes Mepps, Aglia, Blue Fox, Veltic, etc., dans des tailles allant de 00 à 2, avec trépied ou hameçon simple, sont productives tout au long de l’année. Ces championnes en matière de réflexion de la lumière et de vibrations ne passent pas inaperçues. On peut facilement retirer le trépied de certaines versions, comme la AC Hybrid, la Comet, etc. et le remplacer par un streamer, une mouche allongée ou tous autres genres d’esches.

L’approche la plus utilisée est sans contredit la pêche avec une cuillère métallisée comme celles précédemment présentées ainsi que celles de plus grande taille avec un bas de ligne déjà confectionné ou noué par vous-même. La longueur peut varier de très court au printemps à plus de 100 cm au cœur de l’été. Vous pouvez ensuite y positionner un, deux ou trois hameçons au maximum garnis d’un ver ou d’une foule d’autres bibittes vivantes ou non, d’une mouche, d’un devon, etc.

On retrouve sur le marché des petits chapelets ou des cuillères tournoyantes qu’on installe en avant d’un autre leurre afin d’en accroître les reflets et les vibrations. Ils s’avèrent parfois fort productifs.

Vairon

À sa première année d’existence, la truite mouchetée est insectivore. Puis, à sa deuxième, elle devient également carnivore. En fonction de sa taille, elle n’hésitera pas à s’élancer la gueule grande ouverte sur des petits poissons lorsqu’elle en aura l’occasion. Il existe une quantité astronomique d’imitations de menés. On peut les caster ou les troller, idéalement avec du fil de faible résistance.

L’ajout d’une mouche, quelques centimètres en avant du devon (ou d’un streamer), donne l’impression à dame mouchetée que son gueuleton potentiel pourchasse lui aussi une proie facile, ce qui ne manque pas de la stimuler à attaquer.

Souple

Toutes les reproductions moulées sous forme caoutchouteuse peuvent être empalées sur une tête de dandinette de 1/64 à 1/8 d’once avec du fil de 4 ou 6 livres de résistance et être catapultées pour ensuite être récupérées par saccades, à la dérive ou à la traîne.

Elles peuvent également être positionnées sur un hameçon en guise d’appât imitatif attrayant derrière une cuillère, au Drop Shot, etc. Il est même possible d’en monter jusqu’à trois simultanément.

Mouches

Il y a des milliers de modèles pouvant être présentés à toutes les profondeurs et à tout moment de l’année. Les diverses soies à moucher vous permettent de les exploiter (seules ou en combinaison) comme bon vous semble de la surface jusqu’au fond du plan d’eau.

Finalement, n’oubliez pas que les belles ogresses n’hésitent pas à s’élancer sur des imitations de souris, de criquets, de grenouilles, etc., qui nagent en surface.


► Je vous invite à me suivre sur Facebook.