/misc
Navigation

Pour ou contre les bagarres?

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo AFP Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Suis-je pour ou contre l’abolition des bagarres ? Rien à cirer. Plutôt contre en fait. Le raisonnement est mathématique. De 0,49 bagarre par match il y a 5 ans, la LNH est passée à 0,19 cette saison. L’attrition se fait naturellement, tant mieux.

Mais 0,19 par match ça peut aussi être une bagarre de trop. On en a justement vu deux de trop dans le dernier mois. Les K.O. de MacKenzie Weegar sur Paul Byron et du tsar Ovechkin sur son compatriote de 19 ans Svechnikov furent terrifiants.

1995. Samedi soir tranquille, seul en campagne. Il fait noir dans ma forêt, je me lance. Je place une cassette de combats ultimes dans mon lecteur VHS. La suite m’a glacé le dos. Des gars qui saignent des yeux sous la force des coups de poing. Des adversaires de 320 livres face à d’autres de 180, bref, de la barbarie pure. Au bout de 25 minutes, je ferme la télé, sans pour autant fermer l’œil avant 2 heures du matin. Plus tard, les commissions athlétiques ont légiféré afin d’obliger les bonzes du sadisme à nettoyer la ruelle et faire des combats ultimes un sport, un vrai.

Je reviens aux deux K.O. abrutissants des dernières semaines. Lorsque je compare ces deux combats avec des collègues, je suis l’extraterrestre. Leur analyse se porte essentiellement sur le contexte. Pour eux, les deux événements n’ont rien en commun.

Ah non ? Pourtant dans les deux cas, la différence de poids entre les adversaires était de 40 livres! À la boxe on ne permettrait jamais une affaire pareille. Au UFC désormais jamais plus. Aux combats de chiens, je suis persuadé qu’on n’opposerait pas un pitbull à un poodle... Mais sur la glace, devant des milliers de partisans et des centaines de milliers dans leurs salons, la règlementation permet encore les combats et ainsi, une possible bataille inégale entre un poids lourd et un poids léger. Une hérésie.

Kordik, Rypien, Ewen, Boogard, Probert, Montador, Belak... Toutes des morts violentes. Tous morts trop jeunes.

Suis-je pour ou contre l’abolition des bagarres ? Rien à cirer. De toute façon qui s’en soucie ?

 

Un p’tit deux sur...

Une paire de 30 excellentes minutes

Je crois que Erik Karlsson rejoindra son compatriote Victor Hedman à Tampa Bay. Julien BriseBois fait face à quelques défis importants en vertu du plafond salarial, mais il ne va pas rater cette chance de réunir une paire suédoise qui en santé lui donnera une demi-heure de hockey par soir.

Coup de cœur

L’Ohio vibre hockey

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo d'archives, AFP

On parle beaucoup de l’échec retentissant du Lightning en 4 matchs au premier tour. Mais cet échec est aussi le succès éclatant des Blue Jackets de Columbus. Kekalainen et Tortorella ont gagné leur audacieux pari. La prochaine date limite des transactions sera excitante au pays des suiveux.

Coup de gueule

Autre déception

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo d'archives, Martin Chevalier

David Lemieux est à nouveau incapable d’honorer un engagement à boxer. Une blessure à la main droite. Je suis inquiet de la suite de la carrière de ce garçon que j’aime. Le charisme de Lemieux est indéniable, mais les Américains pigent sur la planète des espoirs charismatiques et fiables.

3 choses que j’ai apprises

1. Il lance et compte

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo AFP

Max Pacioretty joue sur le meilleur trio de la LNH en séries. Cheap de sa part de ramasser au passage ses anciens patrons. Mais force est d’admettre qu’à Montréal, on n’a jamais su entourer ce naturel comme Georges McPhee est arrivé à le faire en six mois à Vegas.

2. Les Flyers respectables

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo d'archives, Flyers

Alain Vigneault a la lourde tâche de redonner leur lustre d’antan aux Flyers. Je n’ai aucun doute sur sa réussite à Philadelphie. Il apporte aux partisans une garantie de séries. Anodin à ce stade-ci, mais on s’en reparle début avril prochain dans le dernier droit...

3. Autant de vies qu’un chat

Alex Ovechkin a expédié Andrei Svechnikov au pays des rêves, lundi dernier.
Photo d'archives, Martin Chevalier

Les Kings croient que Todd McLellan est le meilleur homme pour relancer l’équipe. C’est le même qui a échoué à un pas de la coupe à San Jose et qui a trébuché en pleine face à Edmonton. Kovalchuk ne pouvait blairer les schémas de Willie Desjardins. Il va continuer de trouver le temps long...

Le chiffre

140 M$

Le salaire que les Seahawks de Seattle ont offert au quart Russel Wilson. 65 M$ sont garantis. Je ne sais pas où s’en vont les Seahawks, mais comme ils me sont totalement antipathiques, je me réjouis de cette signature pour le moins hasardeuse.

Russel Wilson le joueur le mieux payé de l’histoire de la NFL ?

Vraiment ?