/sports/fighting
Navigation

5 constats: les gros combats fuient le Québec

Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.
Photo AFP Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques années, les combats de championnat du monde se succédaient à une vitesse folle au Québec. Malgré la fin du règne de Lucian Bute, les promoteurs étaient en mesure de présenter des cartes de niveau international.

Depuis trois ans, c’est devenu rarissime. Pour empocher des bourses intéressantes et obtenir des duels d’envergure, les boxeurs québécois ont dû s’associer à un réseau américain de télé. En même temps, ça signifie qu’ils doivent se battre à l’extérieur du Québec.

Jean Pascal, Artur Beterbiev, Eleider Alvarez, Lucian Bute. Kevin Bizier, Jo Jo Dan, David Lemieux et Adonis Stevenson ont obtenu des combats de championnat du monde aux États-Unis ou en Europe.

La seule exception ? Marie-Ève Dicaire. Si elle obtient un choc contre une grosse pointure comme Cecilia Braekhus, ce serait très surprenant qu’elle l’affronte en sol québécois.

Un autre duel que les amateurs devraient regarder sur leurs ordinateurs ou au Coin du Métro. C’est devenu la norme.

Rentabiliser avant tout

Qu’est qui a changé ?

Les sommes astronomiques versées par ESPN et DAZN. Il n’y a pas de limites d’un côté comme de l’autre.

J’ai parlé de cette situation à Yvon Michel et à Camille Estephan au cours des dernières semaines.

Ils savent que leurs décisions - d’accepter des combats à l’extérieur pour leurs boxeurs – peuvent susciter des interrogations.

La revanche entre Yves Ulysse et Steve Claggett qui aura lieu jeudi en Californie est un bel exemple. Même chose pour celle entre Eleider Alvarez et Sergey Kovalev au Texas. Même s’ils savaient qu’il y aurait un intérêt au Québec, Estephan et Michel ont accepté que ces duels se déroulent ailleurs.

Ils ont reçu des offres qu’ils ne pouvaient pas refuser.

Estephan n’aurait pas pu faire ses frais à Montréal s’il avait égalé le montant des bourses offertes à Ulysse et à Claggett. Merci DAZN. Pour le duel Alvarez-Kovalev, Michel avait cédé les droits du deuxième duel à Katy Duva avant qu’elle ne les donne à ESPN.

Les promoteurs ont une cote sur les bourses. Ils ont investi plusieurs milliers de dollars pour amener leurs poulains au sein de l’élite.

Ils veulent donc rentabiliser leurs investissements des dernières années. C’est normal.

Un deuxième pour Rivas

Oscar Rivas va affronter le Britannique Dillian Whyte, le 20 juillet, pour le titre d’aspirant obligatoire WBC des lourds. Où ? Pas au Centre Vidéotron. À Londres.

On disait que 2019 serait une année déterminante pour Rivas. Ces deux combats les plus importants auront eu lieu à l’extérieur du Québec. Yvon Michel n’avait pas les ressources nécessaires pour apporter les deux duels chez nous.

Il avait peu de munitions dans les négociations en raison du manque de notoriété de son boxeur sur la scène internationale. Aussi simple que cela.

Et la tendance des dernières années va se poursuivre de plus belle.

Duchene à Montréal ? Non merci !

Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.
Photo AFP

Matt Duchene a été une des pièces maîtresses de ce surprenant balayage contre Tampa Bay. En même temps, il a fait grimper sa valeur en prévision du marché des joueurs autonomes. On parle de Montréal comme d’une destination potentielle. Ce ne serait pas une bonne décision en dépit de son talent. Depuis plusieurs années, il traîne une réputation peu enviable et le CH n’a pas besoin de ce type de distraction. Je ne peux croire qu’il pourrait rentabiliser un contrat de huit ans et plus de 60 M$.

Bergevin avait peut-être raison

Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.
Photo Pierre-Paul Poulin

En l’espace de quelques jours, les deux meilleures formations de la LNH se sont retrouvées en vacances. Tampa Bay et Calgary sont éliminés. Surprenant ? Oui et non. Les Blue Jackets et l’Avalanche ont démontré plus de détermination que leurs adversaires. Ils étaient animés par une rage de vaincre. Ça renforce aussi la théorie de Marc Bergevin qu’il suffit de se qualifier pour les séries et que tout peut arriver par la suite. De belles paroles, mais il faut faire les séries pour pouvoir l’appliquer. Ce n’est pas le cas cette année.

La situation de Butler est ridicule

Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.
Photo Chantal Poirier

Camille Estephan est toujours à la recherche d’un adversaire pour le premier combat de Steven Butler aux États-Unis. La plus grosse embûche proviendrait de la Commission athlétique du Nevada et de son patron Bob Bennett. Pour une raison qu’on ignore, Bennett tient tête à Estephan et à Golden Boy. Il jugerait que Butler est trop dangereux pour la majorité des opposants qu’on lui a proposés. David Lemieux, qui cogne plus dur que Butler, n’a jamais eu droit à ce traitement. Ça sent le règlement de compte sur la place publique. Ridicule !

Simoneau bataille ferme contre le cancer

Le prochain choc entre Sergey Kovalev et Eleider Alvarez aura lieu au Texas.
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

La bataille du botteur des Carabins Louis-Philippe Simoneau va bon train. Dans les derniers jours, l’athlète, qui n’a plus ses cheveux en raison de ses traitements, a sauté sur le terrain pour la première fois. Avec un de ses coéquipiers des Bleus, il a effectué quelques placements. Et il n’a pas perdu sa touche. Sur une vidéo qu’il a publiée, Simoneau a mis le ballon entre les poteaux sur une distance de 60 verges. Le botteur n’a pas célébré, mais il affichait un large sourire. Une belle scène.