/weekend
Navigation

Choc de Titans entre Pelchat et Aznavour!

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir épaté la galerie avec sa voix, Mario Pelchat a ensuite surpris avec son flair de producteur (vadrouiller avec la scène country locale, découvrir 2Frères, etc.) et, bien sûr, quelques coups de gueule hyper médiatisés.

Mario Pelchat - Pelchat Aznavour Désormais

★★★ ½

Photo courtoisie

Ici, le chanteur de charme et fieffé homme d’affaires poursuit avec un autre filon fort populaire (et qui lui est cher, précisons-le) : après avoir rendu hommage à Legrand et Bécaud, Pelchat se frotte à l’œuvre de Charles Aznavour.

Un choc de Titans, ou presque !

Prudence, sagesse et respect

D’emblée, Pelchat se fait prudent en abordant l’œuvre du Sinatra français, tant du côté de l’interprétation que de celui des instrumentations (à noter : il est directeur artistique du projet de surcroît).

Tout comme Aznavour, Pelchat opte pour des mélodies grandioses et recrute même au passage l’Orchestre philharmonique de Prague pour sa production. Que ce soit sur le plan du chant ou des musiques, donc, c’est souvent chaleureux et ambitieux... mais aussi plutôt sage.

Sans faire dans la pâle copie, le crooner québécois a, visiblement, beaucoup de respect pour l’immortel, et ça se traduit en des adaptations qui ne dérogent pas, ou si peu, aux versions originales.

Bien qu’il aurait probablement choqué son public ou celui d’Aznavour en faisant autrement, mon tout petit bonheur bien à moi aurait tout de même apprécié que Pelchat pousse l’exercice plus loin. Voilà tout.

En résulte donc une œuvre qui plaira surtout aux fans des deux chanteurs. Mission accomplie, bref !

Marvin Gaye - You’re The Man

★★★★ ½

Photo courtoisie

L’histoire derrière ce LP est à s’en décrocher la mâchoire. Presque autant qu’en écoutant ce qu’il contient. You’re The Man devait tout d’abord paraître en 1972, mais Gaye l’a remis aux calendes grecques, échaudé par la réception plutôt tiède du premier single. Puis le chanteur est décédé en 1984 et l’album a été considéré comme « perdu »... jusqu’en 2019 où on le dévoile finalement, autour du 80e anniversaire de naissance du prince de la soul. Suite spirituelle du fameux What’s Going On (1971), You’re The Man est aussi engagé que groovy. Incontournable !

The Chemical Brothers - No Geography

★★★ ½

Photo courtoisie

Vous êtes nostalgiques de la cloche à vache ou encore de synthés bien fromagés ? Vous allez adorer No Geography, ces instruments damnés volant la vedette sur bon nombre des chansons, dont Eve Of Destruction, qui ouvre le bal, et la pièce titre, notamment. Vous l’aurez deviné, ce neuvième disque du duo big beat est aussi fiévreux que sympathique. Malheureusement, il s’essouffle en fin de parcours, mais demeure intéressant d’un bout à l’autre. Un retour réussi, donc.

Artistes variés - La Voix 2019

★★★

Photo courtoisie

Je dois être franc avec vous : je n’ai pas encore regardé un seul épisode de La Voix. D’où ma surprise en écoutant le disque de la cuvée 2019. Premier constat : la compétition est incroyablement relevée avec la participation de Colin Moore, Geneviève Jodoin et autres Mélissa Ouimet, des artistes qui avaient déjà des carrières enviables avant de se joindre à cette vitrine. Le second : qui se procurerait ce disque — une compilation de reprises de tout acabit, interprétées admirablement, mais dont la sélection tirant dans tous les sens laisse pantois — outre les fans de l’émission ? Satisfaisant, mais sûrement plus quand on suit le référent avec passion.

Coup de coeur


Les Breastfeeders - Ma mort d’avant ma mort

★★★★

Photo courtoisie

Sept ans après la parution d’un single des Fêtes fort sympathique, le combo rock’n’roll culte refait finalement surface avec un maxi court, mais ô combien efficace ! Renouant avec la tradition rock garage québécoise d’antan, le sextuor offre une pièce titre originale, où il ralentit la cadence au profit de guitares abrasives et d’harmonies morriconnesques, puis une adaptation en français de Sweet Young Thing du Chocolate Watchband. Et c’est tout. Et c’est suffisant. Si les Breastfeeders voulaient mettre le feu aux poudres, c’est réussi. Vivement la suite !