/sports/hockey
Navigation

Encore à la limite

Les Bruins l’emportent 4 à 2 face aux Maple Leafs et forcent la présentation d’un septième match

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Brad Marchand donnait l’impression de revenir d’une journée tranquille à la plage. Il n’avait pas de souliers dans les pieds, il portait un chandail et des shorts aux couleurs des Bruins et il tenait deux bouteilles d’eau dans ses mains en répondant aux questions des journalistes dans la salle des médias au Scotiabank Arena.

Quelques minutes plus tôt, Marchand avait bel et bien des patins dans les pieds. Encore une fois, la petite peste des Bruins a montré le chemin à suivre dans un match d’une haute importance.

Marchand a marqué deux buts en plus de récolter une passe dans un gain de 4 à 2 des Bruins sur les Maple Leafs, dimanche après-midi à Toronto.

« C’est agréable de jouer à Toronto, a dit Marchand. Quand la saison est à l’enjeu, tu veux laisser tes tripes sur la patinoire. Parfois, ça va de ton côté. Aujourd’hui, c’était le cas. Mais nous devrons encore nous battre pour notre survie lors du prochain match. »

L’efficacité de Bergeron

Patrice Bergeron, le complice de Marchand depuis plusieurs saisons, a également eu un gros mot à dire dans le succès des siens. Le centre de 33 ans a trouvé une façon de ralentir le premier trio des Leafs, celui de John Tavares, Mitchell Marner et Zach Hyman. Les trois joueurs n’ont pu inscrire leur nom sur la feuille de pointage.

Auteur d’une passe sur le premier des deux buts de Marchand, Bergeron a mystifié les centres des Maple Leafs en remportant 74 % de ses mises en jeu (17 en 23). C’est justement sur une mise en jeu gagnée par Bergeron que les Bruins ont marqué leur premier but.

Depuis le début de cette série, Bruce Cassidy a souvent répété qu’il se considérait chanceux de compter sur des joueurs expérimentés comme Bergeron, Marchand et Zdeno Chara. Après le match, Cassidy a rendu hommage à Marchand et Bergeron.

« Je savais qu’ils étaient pour se lever, a raconté l’entraîneur en chef des Bruins. Je regardais Brad et Bergy avant le match, ils faisaient leur petite routine et je pouvais prédire qu’ils étaient pour connaître un gros match. »

« Quand tu côtoies des joueurs depuis assez longtemps, tu peux reconnaître quand ils sont dans leur zone, a-t-il continué. Ils ne voulaient pas que ça se termine après six matchs. Ils seront encore là pour le septième match. »

Avec cette victoire sur la patinoire des Leafs, les Bruins ont créé l’égalité

3 à 3 dans cette série. Pour une deuxième année d’affilée, le gagnant de ce duel entre les deux mêmes équipes se décidera à la limite.

L’an dernier, les Bruins l’avaient emporté 7 à 4 lors de la septième rencontre.

Aux yeux de Marchand, le résultat du printemps dernier ne représentera pas un avantage psychologique.

« Nous ne pensons pas au passé, a-t-il répliqué. Ça ne change rien. Ils joueront un gros match et nous jouerons un gros match. Il y aura une seule équipe gagnante. »

Deux en deux

Les Bruins ont encore une fois fait mal aux Leafs avec leur jeu en supériorité numérique. Ils ont touché la cible deux fois en seulement deux occasions. Marchand et Torey Krug ont inscrit les deux premiers buts des visiteurs en première période alors que Tyler Ennis et Travis Dermott se retrouvaient au banc des punitions.

En six matchs depuis le début de cette série, les Bruins ont marqué sept buts en 16 occasions (43,7 %). Ils poursuivent donc sur leur lancée d’en saison où ils ont terminé au troisième rang de la LNH à 25,8 %.

Dans le camp des Leafs, John Tavares sait très bien que cette facette du jeu pourrait couler son équipe.

Même s’il n’est pas utilisé par Mike Babcock en infériorité numérique, l’ancien capitaine des Islanders a offert une bonne analyse de la force des Bruins.

« Ils sont dangereux en supériorité numérique, a affirmé Tavares. Ils misent sur plusieurs armes différentes. Ils ont aussi plusieurs joueurs avec des tirs puissants sur réception. Ils ont marqué encore deux buts en avantage numérique. Oui, c’est difficile de les freiner, mais nous devons clairement mieux faire. »

4
2
Première période
1-Tor: Morgan Rielly (1) (Nylander, Marleau) 9:42 2-Bos: Brad Marchand (3) (Bergeron) AN-11:23 3-Bos: Torey Krug (1) (Pastrnak, Marchand) AN-17:02
Punitions: Chara (Bos) 5:21, Ennis (Tor) 10:25, Nordstrom (Bos) 12:37, Dermott (Tor) 15:36.
Deuxième période
4-Bos: Jake DeBrusk (1) (Krejci, Pastrnak) 7:57
Punitions: Coyle (Bos) 8:47.
Troisième période
5-Tor: Auston Matthews (5) (Gardiner, Dermott) 4:15 6-Bos: Brad Marchand (4) (Chara, McAvoy) FD-18:06
Punitions: Aucune punition.
Tirs au but
Boston 14 - 16 - 11 - 41 Toronto 6 - 9 - 9 - 24
Gardiens:
Bos: Tuukka Rask (G, 3-3), Tor: Frederik Andersen (P, 3-3).
Avantages numériques:
Bos: 2 en 2, Tor: 0 en 3
Arbitres:
Francis Charron, Gord Dwyer.
Juges de lignes:
Devin Berg, Scott Cherrey.
ASSISTANCE:
19 684.