/weekend
Navigation

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie, Xavier Cyr

Coup d'oeil sur cet article

C’est en allant voir la pièce Première neige au Théâtre de Quat’Sous qu’on a eu l’idée d’interviewer la comédienne Isabelle Vincent afin d’en savoir plus sur son univers littéraire.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus, avec les livres ?

Je dirais la découverte, le voyage intérieur, le dépaysement, la connaissance. Me laisser envahir par l’univers d’une autre personne.

De façon générale, quel genre de lectrice êtes-vous ?

J’ai longtemps préféré les essais parce que je ressentais l’urgence d’apprendre, de satisfaire ma soif de connaissances, et pendant des années, j’ai considéré les romans comme une perte de temps ! Maintenant, je diversifie. J’aime encore l’objet ; le livre papier. Je lis très peu sur une tablette. Il y a des livres un peu partout dans la maison. Surtout près du lit et dans le bureau.

Est-ce qu’il y a un livre qui, à un moment ou à un autre de votre vie, a été pour vous particulièrement important ?

Oui, il y en a un : J’avoue que j’ai vécu, de Pablo Neruda. Le parcours de cet artiste, militant, homme d’État, amoureux et fidèle ami m’a profondément remuée. Puis, l’an passé, j’ai eu le bonheur de visiter deux de ses maisons au Chili. Depuis, je l’aime encore davantage...

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

De tous les grands classiques de la littérature, quels sont vos préférés ?

Adolescente, j’aimais beaucoup les romantiques du XIXe siècle. Comme toute jeune femme enflammée, je m’identifiais aux personnages de Stendhal (avec Le Rouge et le Noir), de Gustave Flaubert (avec Madame Bovary) ou de Charlotte Brontë (avec Jane Eyre).

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

Je me reconnaissais dans cette espèce de mélancolie. Comme si socialement, je n’avais pas accès à tout ce que je souhaitais profondément.

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

En passant, il y a quelques années, j’ai vu une adaptation théâtrale féministe de Jane Eyre... C’était mémorable !

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

Du côté des livres plus récents, vous avez eu quelques coups de cœur au cours de ces dernières années ?

♦ Feu le Soleil. Des nouvelles de Suzanne Jacob qui, grâce à son sens aigu de l’observation, me fait réfléchir entre les lignes, de l’autre côté, à mille lieues du convenu...

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

♦ Les Culottées de Pénélope Bagieu. C’est une bande dessinée que ma sœur Julie m’a fait découvrir. On y trouve des portraits de femmes méconnues et splendides qui n’ont pas hésité à braver les interdits, comme Josephina van Gorkum, Della Akeley, Clémentine Delait ou Giorgina Reid.

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

♦ L’esprit de conversation de Chantal Thomas. Ce livre est absolument savoureux parce qu’il nous fait pénétrer dans trois salons du XVIIIe siècle et nous permet de jeter un regard complètement nouveau sur leur importance. J’aime beaucoup Molière, mais les précieuses de l’époque n’étaient pas aussi ridicules...

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

Vous pouvez nous parler du dernier livre qui a réussi à vous bouleverser ?

Je songe tout de suite à Une escroquerie légalisée, un livre signé Alain Deneault qui se présente comme un « Précis sur les paradis fiscaux ». C’est tout dire. Et c’est une lecture assez dure à avaler parce que ça nous fait prendre conscience de ce qu’on appréhende : comment les puissances s’organisent pour se permettre en toute légitimité les pires escroqueries planétaires.

Isabelle Vincent: tout feu tout flamme
Photo courtoisie

Qu’êtes-vous présentement en train de lire ?

Je viens tout juste de commencer Mademoiselle Samedi soir, un roman de l’auteure montréalaise Heather O’Neill. Il est donc encore trop tôt pour que je puisse en parler davantage.

Dernière petite question : où préférez-vous lire ?

En général, je préfère lire dans le salon, dans mon lit ou... dans le bain !


► En ce moment, on peut voir Isabelle Vincent dans Appelle-moi si tu meurs, une série écrite par Claude Legault et Pierre-Yves Bernard qui est diffusée sur Club illico.