/24m/city
Navigation

La salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM bientôt démolie

La salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM bientôt démolie
COURTOISIE PATRICE TREMBLAY

Coup d'oeil sur cet article

La salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM, qui a vu depuis 50 ans des centaines de spectacles fouler ses planches, sera démolie au courant de l’été, causant un casse-tête important pour l’École de théâtre.

«On va sûrement laisser couler une petite larme quand on va devoir fermer les lumières une dernière fois», indique Yves Jubinville, directeur de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM.

La salle Marie-Gérin-Lajoie, un lieu qui a également vu défiler de nombreuses assemblées générales et conférences, sera prochainement démolie pour faire de ce lieu un studio de cinéma. Les travaux devraient débuter à partir du mois de mai.

«On essaie de trouver des solutions, mais le temps nous manque. C’est ça qui est un petit peu stressant pour tout le monde», poursuit Yves Jubinville. En effet, le programme de théâtre devra trouver un plan B pour livrer l’ensemble de ses cours en septembre 2019, alors qu’il aura une salle de moins à sa disposition.

En plus de compliquer la préparation du calendrier, la démolition de la salle pose un problème à long terme.

«On ne sait pas, nous, comment les aspirants comédiens ou les gens qui veulent faire des études de théâtre vont envisager à l’avenir de s’inscrire à l’UQAM si on n’a pas les équipements adéquats pour donner la formation », s’inquiète Yves Jubinville.

La salle Marie-Gérin-Lajoie de l’UQAM bientôt démolie
COURTOISIE PATRICE TREMBLAY

Solution de rechange

Des discussions sont toujours en cours entre l’École de théâtre et l’UQAM pour tenter de trouver une solution à la perte de la salle Marie-Gérin-Lajoie, mais aucune n’a été trouvée pour le moment. À l’approche de la session d’automne 2019, les scénarios possibles se raréfient de plus en plus.

«Ce qu’il faut savoir, c’est que l’École supérieure de théâtre dispose d’un surplus d’espace si l’on tient compte des normes du ministère, alors que l’École des médias présente un déficit d’espace. Donc ça aussi, ça a guidé la décision de l’UQAM», soutient Jenny Desrochers, directrice des relations médias de l’UQAM.

La situation demeure néanmoins complexe pour l’École, qui devra trouver bientôt une façon d’assurer ses activités.

«L’enseignement de théâtre a une particularité, c’est que la formation se fait en bonne partie dans des salles de théâtre. Alors, si on a une salle en moins, il y a un certain nombre d’activités qu’on ne peut plus faire ou alors qu’il faudra faire autrement, en réaménageant tout le reste du calendrier ou de notre programmation», insiste Yves Jubinville.

L’École supérieure de théâtre pouvait compter jusqu’à maintenant sur trois salles de spectacle. Elle n’en aura plus que deux si rien n’est fait pour remplacer la salle Marie-Gérin-Lajoie.