/world/pacificasia
Navigation

Birmanie: à la recherche d’une cinquantaine de mineurs disparus dans un glissement de terrain

Coup d'oeil sur cet article

Les secours étaient toujours à la recherche, mercredi, de la cinquantaine de mineurs de jade portés disparus deux jours après un glissement de terrain dans le nord de la Birmanie, mais les opérations, dans la zone recouverte de boue, s’avèrent compliquées.

Seuls trois corps ont été retrouvés pour le moment, a indiqué à l’AFP une source policière sous couvert d’anonymat. «Rechercher dans la boue est difficile», a-t-elle ajouté.

Des responsables ont déclaré qu’il y avait peu de chance que quiconque soit retrouvé vivant.

L’accident s’est produit lundi soir dans une mine à ciel ouvert dans le canton reculé de Hpakant dans l’Etat Kachin, une région montagneuse au cœur de l’industrie du jade où se produisent régulièrement des catastrophes de ce type.

Un tas de débris miniers s’est écroulé, engloutissant 54 mineurs dans leur sommeil.

La mine est exploitée par deux compagnies: Myanmar Thura Germs et Shwe Nagar Koe Kaung.

Notre société va «aider les familles à identifier les corps des victimes», a déclaré Hla Soe Oo, qui dirige l’entreprise Myanmar Thura Germs.

La Birmanie est le premier producteur mondial de jade, pierre très prisée notamment en Chine voisine.

Mais les conditions d’extraction y sont très mauvaises, les compagnies minières employant de nombreux travailleurs illégaux.

Les sites attirent en outre beaucoup de Birmans pauvres qui tentent de trouver des morceaux de jade dans les tas de remblais laissés aux abords des mines.

Des dizaines de personnes sont tuées chaque année dans des glissements de terrain, mais la plupart surviennent pendant la saison des pluies qui ne touchera pas le pays avant le mois prochain.

En novembre 2015, plus de 100 personnes avaient péri dans un accident similaire.

Selon un rapport publié en octobre 2015, par l’ONG Global Witness, la Birmanie a vendu en 2014 sur le marché mondial près de 27,5 milliards d’euros de jade, soit dix fois le chiffre officiel. Cela représente près de la moitié du produit intérieur brut du pays qui reste l’un des plus pauvres d’Asie du Sud-Est.

Une grande partie de ces recettes échappe à l’État, alors que les combats ont repris depuis 2011 entre les soldats birmans et l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA), qui tire une large part de ses revenus du jade.