/news/currentevents
Navigation

Inondations à Sainte-Marie: ils paient pour un solage hydrofuge, mais risquent la démolition

Coup d'oeil sur cet article

Habitués de subir les dommages de la crue printanière chaque année, des résidents de Sainte-Marie, en Beauce, avaient décidé de munir leur propriété d’un solage hydrofuge.  

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

• À lire aussi: Inondations: la réintégration des résidences se poursuit en Beauce 

• À lire aussi: Inondations: 950 militaires sur le terrain dès mardi 

Si les niveaux d’eau historiques des derniers jours n’ont pas inondé leur bâtiment, il se pourrait que celui-ci doive être démoli, car il menace de tomber et d’endommager les résidences voisines.   

«C’est désolant de voir ça. Il n’y a plus rien à faire avec [la propriété], c’est trop dangereux, elle risque de tomber», a expliqué M. Robert, un voisin, en entrevue à TVA Nouvelles.   

En tout et pour tout, les propriétaires de ce bâtiment résidentiel de Sainte-Marie ont payé 125 000 $ pour l’installation d’un solage hydrofuge.   

Les propriétaires ne savent pas encore si la résidence devra être démolie ou si des travaux sont envisageables.  

 Comme un bateau  

Le Beauceron a expliqué à TVA Nouvelles comment ce solage a mis en péril les locataires de la propriété, qui se croyaient pourtant protégés contre les inondations.   

«Ça a fait comme un bateau dans une cale. Quand on veut mettre un bateau à l’eau, on remplit la cale, le bateau lève et ils l’envoient à la mer», a d’abord lancé M. Robert.   

«Ces maisons-là ont fait la même chose. Il y a eu tellement d’eau, l’eau est rentrée en dessous, ça a fait une enveloppe et ça a levé la maison», a ajouté le voisin.   

Les occupants dormaient paisiblement lorsque les portes se sont fermées brusquement: la maison commençait à pencher dangereusement. Les résidents ont dû être évacués d’urgence en pleine nuit.   

Selon M. Robert, plusieurs voisins ne pourront réintégrer leur maison avant un ou deux mois.   

«[Dans les maisons] en arrière et [de] chaque côté, on va probablement être interdits d’entrée pendant un mois ou deux mois, le temps qu’ils démolissent la maison, parce qu’ils ne peuvent pas la récupérer», a précisé le Beauceron, qui croit que sa rue deviendra «fantôme» à la suite de ces inondations historiques.   

Dans la même rue, un autre propriétaire avait investi dans le même type de solage hydrofuge, mais sa maison ne menace pas de tomber.   

«J’ai tout perdu, mais on va se retrousser les manches et on va passer au travers. Ça prendra le temps que ça prendra», a conclu le Beauceron.   

Selon le plus récent bilan d’Urgence Québec, 954 maisons étaient inondées à Sainte-Marie et 795 personnes avaient été évacuées.