/sports/hockey
Navigation

Quand 100 points ne suffisent plus

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Le Lightning et les Penguins ont été les premiers à tomber. Puis, ç’a été au tour des Flames et, enfin, des Predators. Dans le temps de le dire, quatre équipes ayant récolté au moins 100 points au cours de la saison ont plié bagage.

L’hécatombe est d’une telle ampleur que, selon les résultats des trois séries poussées à la limite, sept équipes ayant atteint ce plateau pourraient être en vacances à la fin du premier tour.

Il faut dire qu’avec le point boni accordé lors d’un revers en bris d’égalité, il est plus commun d’atteindre les 100 points.

Néanmoins, c’est du jamais-vu dans la LNH.

Et n’oublions pas que le Canadien est devenu seulement la troisième équipe à se voir refuser l’entrée en séries éliminatoires malgré une récolte de 96 points.

« Nous sommes à l’ère du plafond salarial. C’est ce qu’ils (les propriétaires) voulaient lorsqu’ils ont mis ce système en place, c’est ce qu’ils ont », a lancé Mike Babcock, mardi en matinée, quelques heures avant que sa troupe ne subisse le même sort.

« C’est une période où il est excitant d’être un partisan, car toutes les équipes ont une chance », a ajouté l’entraîneur des Maple Leafs.

C’est plaisant et excitant pourvu que le partisan ne gage pas sa chemise !

Depuis maintenant quelques années, la LNH invite les amateurs à participer à un pool dans lequel, avant le début du tournoi, ils doivent déterminer le vainqueur de chaque série pour chaque ronde. Du premier tour jusqu’au gagnant de la coupe Stanley.

Or, 48,62 % des 1,42 million de participants avaient choisi le Lightning pour rafler les grands honneurs. Les Flames, avec 7,22 % des voix, suivaient au second rang.

Deuxième chance

Que l’équipe championne de chacune des deux associations ne remporte pas la coupe Stanley, c’est une chose. Mais que pour la première fois depuis 1968, l’année où la LNH est passée à deux associations, elles soient éliminées dès le premier tour, c’est une surprise que peu de gens avaient prévue.

« C’est un circuit où la parité est très forte. Ça démontre la qualité et le talent qu’il y a au sein des 31 équipes, a indiqué John Tavares. Ça prouve également à quel point il est difficile de gagner dans cette ligue. Personne ne peut être pris à la légère. Par conséquent, lorsque l’occasion se présente, c’est important d’en tirer le maximum. »

Devant cette réalité, la LNH a introduit, pour la première fois, son pool de la deuxième chance. À la fin du premier tour, les amateurs seront invités à soumettre une autre liste de choix.

Une deuxième chance. Certaines équipes auraient très certainement aimé en obtenir une...