/news/education
Navigation

Transport scolaire: La CSDM voudrait changer l’horaire d’une centaine d’écoles

Coup d'oeil sur cet article

 La Commission scolaire de Montréal (CSDM) souhaite changer drastiquement l’horaire d’une centaine de ses écoles afin d’économiser des millions de dollars en transport scolaire. Une consultation sera donc lancée pour voir l’impact sur le personnel et les parents, a appris Le Journal. 

 «Cela peut sembler anodin, mais un changement de dizaines de minutes, ça [bouleverse] la vie des gens, explique la présidente Catherine Harel Bourdon. 

 La CSDM pourrait économiser jusqu’à 5 millions de dollars à la rentrée 2020 grâce au travail d’une firme externe qui modélise les scénarios de circuit d’autobus, indique-t-elle. 

 Une centaine d’écoles pourraient donc voir leur horaire modifié de 30 à 60 minutes, c’est-à-dire commencer plus tôt ou plus tard matin et soir. 

 Ces changements permettraient notamment à un plus grand nombre d’autobus de faire deux circuits dans une même matinée. Par exemple, un véhicule pourrait aller porter les enfants qui commencent vers 8 h, puis reconduire ceux dont la cloche sonne vers 9 h. 

 Actuellement, beaucoup de véhicules ne font qu’un seul circuit, car moins de 15 % des écoles débutent vers 9 h. 

 Les 5 M$ économisés pourraient ainsi être redirigés vers des services aux élèves, explique Mme Harel Bourdon. 

 Elle ne souhaite toutefois pas brusquer les écoles. «On est en situation de pénurie, alors notre objectif n’est pas de perdre de membres du personnel [...] On veut y aller étape par étape», résume-t-elle. 

 C’est pourquoi les équipes-écoles et conseils d’établissement seront consultés, ce qui permettra aux parents, enseignants et autres personnes touchées de s’exprimer sur la question. 

 Déficit chronique 

 «Peut-être qu’on ne sera pas capables d’aller jusqu’à 5 M$ [d'économies]. Si c’est le cas, j’espère que le ministère de l’Éducation lèvera la main et dira présent pour compenser financièrement.» 

 Car depuis plusieurs années, le budget de la CSDM consacré au transport est déficitaire. Le trou pourrait même atteindre 8 millions l’an prochain, estime-t-elle. 

 L’organisation doit donc piger dans son budget de fonctionnement pour arriver à gérer la complexité des déplacements dans une réalité montréalaise: élèves handicapés qui nécessitent un transport spécial, jeunes relocalisés en raison de travaux dans leur école... sans oublier le trafic et les travaux routiers, énumère la présidente. 

 Ajout de récréation 

 Dans tous les cas, des changements mineurs aux horaires seront effectués dès la rentrée prochaine afin de répondre à la demande du ministre Roberge d’ajouter du temps de récréation à la journée d’école. 

 Ces modifications aux horaires seront de moins de 15 minutes, assure-t-elle. 

 Et grâce à «l’optimisation» des circuits, la CSDM économiserait déjà plus de 700 000 $ dès l’an prochain. 

 L’ajout de temps de récréation n’aura peut-être pas le même impact dans les commissions scolaires en région qui ont déjà un système optimal, suppose toutefois Mme Harel Bourdon. Car là où il n’y a ni trafic ni travaux, certains autobus peuvent faire trois, voire même quatre circuits dans un même matin, illustre-t-elle.