/opinion/blogs/columnists
Navigation

Une histoire d’amour résolument moderne

Coup d'oeil sur cet article

Comme analystes, on a très rarement l’occasion de «tomber» sur une aussi belle histoire d’amour dans les coulisses du pouvoir.   

Je vous parle ici de la chef du Parti vert, Elizabeth May, et de son premier mariage à 64 ans, célébré ce lundi, 22 avril. Soit, bien évidemment, en plein Jour de la terre et avec des invités arrivant en voitures électriques !   

 

 

Rayonnante, Mme May portait une superbe robe blanche avec quelques rappels artistiques de la nature au bas de celle-ci.   

En décembre dernier, ma collègue du Toronto Star, Susan Delacourt, faisait le récit émouvant de la naissance de leur amour. Donc, ne boudons pas notre plaisir.   

Il y a déjà bien assez de mauvaises nouvelles par les temps qui courent. Laissez-moi vous raconter ce qu’en écrivait ma collègue. Comme quoi, l’amour a bel et bien le tour de nous surprendre à tous âges.  

Elizabeth May a une grande fille, mais n’avait jamais été mariée. Depuis quelques années, comme tant d’autres, elle avait peu à peu perdu l’espoir de rencontrer l’homme de sa vie.  

Or, heureusement, une de ses bonnes amies, Sylvia Olsen, ne voyait pas les choses tout à fait de la même manière. Elle souhaitait voir son amie Elizabeth être pleinement heureuse dans sa vie personnelle.  

Pour résumer une longue histoire, Mme Olsen voyait un «match» potentiel en John Kidder. M. Kidder, 71 ans, était veuf, le frère de feu l’actrice canadienne bien connue Margot Kidder, un entrepreneur et candidat du Parti vert.   

Dans une belle ironie, John Kidder s’était joint au Parti vert après avoir quitté le Parti libéral du Canada lorsque Justin Trudeau, qu’il jugeait trop pro-pétrole, en est devenu le chef.   

Surtout, Elizabeth May et John Kidder se côtoyaient depuis des années, mais sans que la flamme entre eux ne s’allume vraiment. Du moins, mutuellement...  

L’automne dernier, lors d’une convention du Parti vert, Mme Olsen a donc approché John Kidder avec son «interrogatoire» maison. Question de savoir de quoi cet homme était vraiment fait et surtout, s’il était fait pour Elizabeth et vice-versa.   

Homme doux, cultivé, galant, romantique, affable, féministe et partageant les mêmes valeurs sociales et politiques que Mme May, le «match» sentait vraiment bon.  

Mme Olsen est allée en faire part à son amie Elizabeth. Lorsqu’elle a su qu’il s’agissait de John Kidder, Mme May a même reconnu qu’elle avait un certain «béguin» pour lui depuis des années. Quelle jolie coïncidence.  

Les deux futurs tourtereaux ont échangé leurs adresses de courriel. Ils se sont mis alors à se texter et à jaser au téléphone tous les soirs pour au moins une heure. Les deux n’habitaient pas la même ville.   

En entrevue avec Susan Delacourt, Elizabeth May lança même, heureuse, que ces appels précieux du soir avaient remplacé Netflix dans sa vie occupée de chef de parti.  

Après quelques semaines seulement, John Kidder savait qu’il avait trouvé son nouvel amour et qu’il ne fallait surtout pas perdre de temps pour faire ce qu’il fallait afin que le tout réussisse. Pas d’hésitation ni de tergiversation chez cet homme.  

Il envoya donc un courriel à Elizabeth pour lui dire qu’ils seraient ensemble «pour toujours» et qu’il en était absolument certain. Ce n’est pas émouvant, ça?  

Dès novembre, John demande Elizabeth en mariage. Encore une fois, pas de temps à perdre. Cet homme sait agir quand il le faut ! Tout de suite, ils ont commencé à planifier la cérémonie de leur mariage, lequel aurait lieu ce 22 avril, aussi en pleine année électorale !  

John ne s’est pas préoccupé non plus du fait que les deux ne vivaient pas dans la même ville (John habite en Colombie-Britannique et Elizabeth travaille bien entendu à Ottawa.) Il savait seulement qu’il voulait l’épouser. Choisir un lieu de vie ensemble suivrait bien un jour lorsque l’occasion se présenterait.   

L’important était de prendre l’engagement solennel de s’aimer et de passer le reste de leur vie ensemble. Comme quoi, leur histoire d’amour est tout aussi romantique que résolument moderne.   

Voilà. Maintenant, ils sont mariés. Nous leur souhaitons tout le bonheur du monde et pour longtemps.