/world/pacificasia
Navigation

Chine: l’ex-patron d’Interpol, en détention, formellement arrêté

Chine: l’ex-patron d’Interpol, en détention, formellement arrêté
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pékin | Le Parquet chinois a émis mercredi une demande formelle d’arrestation visant l’ex-patron d’Interpol, Meng Hongwei, soupçonné d’avoir accepté des pots-de-vin et déjà l’objet d’une sanction disciplinaire du Parti communiste chinois (PCC).

Sa retentissante disparition fin septembre 2018 de l’organisation policière internationale basée à Lyon, après un voyage en Chine, avait défrayé la chronique. Il est déjà en détention depuis plusieurs mois. 

Le dirigeant, 65 ans, qui était aussi vice-ministre de la Sécurité publique dans son pays, a déjà été exclu en mars du PCC et de toute fonction officielle, au terme d’une enquête disciplinaire interne au parti au pouvoir. 

À la suite de cette enquête, les procureurs «ont décidé d’arrêter Meng Hongwei, soupçonné d’avoir accepté des pots-de-vin», a indiqué le Parquet populaire suprême dans un communiqué. 

Le ministère de la Sécurité publique avait déjà publiquement pris ses distances avec lui le mois dernier, appelant à «éliminer totalement» son «influence toxique» et promettant d’enquêter sur les cadres liés à l’affaire. 

Meng Hongwei est le énième haut dirigeant communiste à succomber à la campagne anticorruption, lancée en 2013 par le président Xi Jinping peu après son arrivée au pouvoir. Elle a déjà sanctionné plus de 1,5 million de cadres du PCC, selon des chiffres officiels.  

Populaire dans l’opinion, cette opération «mains propres» est également soupçonnée de servir à faire tomber des opposants internes à la ligne du chef de l’État chinois.