/24m/city
Navigation

La Ville déclare la guerre au plastique à usage unique

La Ville déclare la guerre au plastique à usage unique
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Halte aux pailles, ustensiles et emballages à usage unique: Montréal veut présenter dès le printemps 2020 une réglementation pour réduire leur utilisation sur son territoire.

S’il est question de limiter leur usage pour le moment, une éventuelle interdiction est souhaitable, selon la mairesse de Montréal. «À terme ce qu’on souhaite c’est l’interdiction du plastique et des contenants à usage unique», a affirmé Valérie Plante mercredi, ajoutant qu’il faut procéder par étapes.

«Aujourd’hui on envoie un message clair: Montréal part en guerre contre les contenants à usage unique et le suremballage», a aussi déclaré Laurence Lavigne Lalonde, responsable de la résilience et de la transition écologique au comité exécutif de la Ville.

Les gobelets et contenants à emporter en mousse de polystyrène, les barquettes en polystyrène pour divers aliments, les pailles et ustensiles en plastique sont dans la ligne de mire de la Ville. La mairesse avait d’ailleurs amené un bac rempli de ce type de contenants lors de son annonce.

Un projet de règlement sera présenté à l’automne 2019, suivi d’une consultation publique à l’hiver 2020 avant le dépôt final de la réglementation.

Les mesures seraient bénéfiques pour l’environnement et réduiraient les déchets, selon Mme Plante.

«On vit aussi une crise sans précédent dans le traitement des matières résiduelles et recyclables, il faut donc absolument agir à la source», a renchéri Mme Lavigne Lalonde. Le plastique prend des centaines d’années à se décomposer.

Greenpeace a salué la décision de l’administration Plante, mais estime qu’elle devrait agir plus rapidement pour interdire les plastiques à usage unique les plus problématiques.

Période de transition

Parallèlement, il y aura une «stratégie de transition progressive qui va prendre notamment la forme d’incitatifs à la réduction, de tarification et d’interdiction des matières nuisibles, de remplacement de ces matières difficilement recyclables composables par des alternatives plus écologiques», a indiqué Mme Plante. Une stratégie d’accompagnement pour les entreprises sera développée.

En 2018, la Ville a interdit aux commerces de donner des sacs de plastique léger. La possibilité d’interdire tout sac de plastique dans les commerces fera aussi partie de la réflexion, selon Mme Plante.

Si les bouteilles d’eau en plastique pourraient faire partie des éléments abordés en consultation, leur interdiction n’est pas comprise dans le mandat adopté le 24 avril par le comité exécutif, mentionne l’entourage de la mairesse.