/news/green
Navigation

Le garde-manger des Québécois menacé de disparaître

Le garde-manger des Québécois menacé de disparaître
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les terres agricoles du sud-ouest de la province, qui représentent le garde-manger des Québécois, se dégradent à un rythme effarant et pourraient disparaître d’ici 30 à 50 ans, entraînant ainsi une pénurie alimentaire et des pertes économiques importantes.

Le garde-manger des Québécois menacé de disparaître
Photo Courtoisie

Le professeur de physique du sol, Jean Caron, de l’Université Laval à Québec, lance un signal d’alarme. 

Jean Caron est professeur de physique du sol au Département des sols et de génie agroalimentaire de l’Université Laval.
Photo Courtoisie Marc Robitaille
Jean Caron est professeur de physique du sol au Département des sols et de génie agroalimentaire de l’Université Laval.

«Les sols organiques, qui sont indispensables à la culture maraîchère, perdent 2 cm d’épaisseur par année. Dans les années quarante, la couche mesurait près de deux mètres d’épaisseur. Aujourd’hui, il en reste environ un mètre», a affirmé M. Caron. 

Le garde-manger des Québécois menacé de disparaître
Photo Courtoisie

Dans une étude évaluée à 11,2M$ et financée en grande partie par 14 producteurs agricoles qui injectent 7M$, l’équipe du professeur Caron étudiera au cours des prochaines années des moyens de retarder ce processus. 

«L’objectif est de développer et de tester des méthodes de conservation des sols organiques qui sont cultivés. Ce sont des sols qui sont très légers. Ils se décomposent parce qu’on les draine. Ils sont très érodables. Le vent peut les emporter facilement», a-t-il décrit. 

Les recherches du professeur Caron porteront sur la région du sud-ouest du Québec, où 35% des surfaces affectées à l’horticulture produisent 50% de la valeur de la production maraîchère. 

Cette zone jouit d’un microclimat particulier avec la remontée de masses d’air en provenance du lac Champlain qui favorisent les cultures. 

«Ce n’est pas rien. Si ces terres disparaissent, nous allons devoir nous approvisionner ailleurs. Ce sont des terres très productives qui produisent des produits de grande qualité.» 

Les cultures qui sont les plus menacées, selon le professeur Caron, sont les différentes variétés de laitue, des carottes, les oignons, le céleri, etc.   

Le garde-manger des Québécois menacé de disparaître
Photo d'archives

Étant donné que l’érosion éolienne cause près de 50% de la perte des sols, les travaux de l’équipe du professeur Caron viseront à caractériser la direction des vents grâce à des équipements à la fine pointe de la technologie et de mettre en place des bandes de protection où l’on fera pousser différentes variétés de plantes qui agiront comme écran naturel. Ces cultures seront transformées au besoin en biomasse pour enrichir les sols qui sont les plus menacés. 

L’étude, dont les détails ont été dévoilés mercredi matin, permettra de traiter des mégadonnées à l’aide d’algorithmes.  

«Le but, c’est de ralentir le rythme de dégradation en apportant de la nouvelle matière organique», a-t-il dit. 

Cette étude est aussi financée par le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada, le ministère de l’Économie et de l’Innovation et par la Fondation canadienne pour l’innovation. Les travaux s’échelonneront sur une durée de cinq ans. 

«On est confiant quand même d’arriver à préserver une bonne partie de ces sols-là», a conclu le professeur sur une note plus positive.