/news/society
Navigation

Leur chienne prise au piège dans leur maison sinistrée

Leur chienne prise au piège dans leur maison sinistrée

Coup d'oeil sur cet article

Les inondations qui sévissent un peu partout au Québec donnent lieu à plusieurs drames humains. La famille de Marc-André Fortin, en Beauce, traverse une période difficile puisque leur fidèle compagne à quatre pattes se retrouve piégée dans leur maison sinistrée. 

 • À LIRE AUSSI: La montée des eaux se fait de plus en plus menaçante 

 • À LIRE AUSSI: À bord d’une embarcation de la SQ pour constater la crue des eaux 

Les Fortin ont pourtant investi d’importantes sommes d’argent pour construire un solage hydrofuge censé protéger leur maison, mais ce dernier n’a pas eu les effets espérés. Avec la pression, l’eau a plutôt fait lever la résidence.    

  

L’angoisse n’est pas seulement monétaire, puisque leur chienne Luna, 1 an et demi, est emprisonnée depuis samedi dernier dans la résidence qu’ils ont dû quitter en raison des dangers qu’elle présentait. Les secours, qui en ont par ailleurs plein les bras, refusent pour leur part d’aller la chercher, estimant que la structure n’est pas assez solide.  

La chienne, de taille imposante, n'a pu se hisser sur l'échelle dont se sont servis les Fortin pour sortir de leur maison chambranlante. Par ailleurs, elle est trop massive pour que ses maîtres arrivent à la sortir en la portant dans leurs bras.  

Apparitions à la fenêtre  

M. Fortin se dit «incroyablement» stressé depuis ce temps. «Les autorités ne veulent pas qu’on rentre, parce qu’ils disent qu’il y a des risques que ça bouge à nouveau», a-t-il expliqué au micro de TVA Nouvelles.  

Parfois, ils aperçoivent la jeune Luna par la fenêtre, et sont rassurés de voir qu’elle se porte toujours bien. Ils sont d’ailleurs allés lui rendre visite une fois, accompagnés des pompiers.  

«Elle était encore correcte, je lui ai redonné plusieurs plats de nourriture pour être certain qu’elle n’en manque pas pendant qu’on n’est pas là, mais c’est toujours le stress de savoir quand on va réussir à la sortir, quand on va réussir à rentrer dans la maison pour aller chercher nos biens», résume le propriétaire de la maison, papa d’une petite Gabrielle qui n’a pas encore 2 ans et qui aurait bien besoin, elle aussi, d’un peu de stabilité.  

Lueur d’espoir  

Bonne nouvelle, cependant, ce matin, puisque la famille vient d’obtenir l’autorisation de construire des marches pour aller récupérer la chienne. M. Fortin attend impatiemment de pouvoir utiliser une génératrice pour se mettre à la tâche. «Il a fallu que je fasse venir un ingénieur moi-même, parce que la Ville ne le faisait pas et me parlait de délais tout à fait déraisonnables. Je ne pouvais pas laisser ma chienne toute seule comme ça», a confié l’homme.  

Les tracas viennent rarement seuls... Mardi après-midi, quand TVA Nouvelles avait rencontré les membres de la petite famille, ils ne savaient même pas où ils dormiraient. Heureusement, une autre famille a accepté de les recevoir pour la nuit.  

Découragés 

«Depuis hier, la Sécurité publique, la Ville, personne ne nous prend en charge, alors que c’est eux qui nous ont obligés à faire ce solage-là en 2014», explique l’homme avec une pointe d’amertume.  

Les Fortin commencent à penser à la suite, mais savent bien qu’ils ne sont pas tirés d’affaire. «On ne sait jamais quand ça va être réglé. Présentement, vu qu’ils ne veulent pas qu’on rentre dans la maison, si ça prend six mois à régler, eh bien, ça fait six mois où on n’a pas de toit sur la tête. C’est décourageant», a laissé tomber Marc-André Fortin, la voix chevrotante.