/news/currentevents
Navigation

Libération refusée à un ancien militaire

L’agresseur a purgé environ la moitié de sa peine de 9 ans

Simon Girard Lévesque
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien militaire ayant utilisé des adolescentes pour assouvir ses désirs sexuels devra démontrer aux autorités qu’il fait des efforts pour se réhabiliter durant « une période significative » avant de penser à quitter le pénitencier, ont tranché deux commissaires.

Simon Girard Lévesque ne pourra donc pas poursuivre sa sentence de neuf ans de détention au sein d’une maison de transition de Saint-Jérôme, comme il le souhaitait.

La Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC) estime que le vétéran de 31 ans, qui a déjà purgé environ la moitié de sa peine, a encore du travail à faire au sein de l’établissement carcéral de La Macaza, dans les Laurentides.

« La Commission est d’avis que le contexte de vos crimes, votre cheminement jusqu’à présent, votre statut de délinquant à contrôler et le niveau de risque [élevé] que vous présentez invitent à la prudence », ont écrit Julie Philippe et Francine Cantin dans une décision rendue mardi.

Les deux commissaires avaient longuement questionné le détenu lors d’une audience, la semaine dernière, mais elles voulaient prendre le temps de réfléchir avant de décider si elles renvoyaient ce prédateur sexuel dans la société.

13 victimes

Entre 2010 et 2012, Girard Lévesque a commis des crimes sexuels allant du leurre à l’agression, à l’endroit de 13 adolescentes de 12 à 16 ans, qu’il a traquées sur les réseaux sociaux.

L’ex-caporal ayant participé à deux missions en Afghanistan promettait même de l’argent ou de l’alcool aux filles, dans le but de satisfaire sa libido débordante.

Girard Lévesque a été reconnu coupable de 47 accusations de nature sexuelle, en mai 2015, au palais de justice de Joliette.

À sa sortie du pénitencier, l’ex-militaire sera soumis à 10 ans de surveillance étroite.


► Jointe par Le Journal, Me Cynthia Chénier a fait savoir qu’elle interjetterait l’appel du refus d’octroyer une libération conditionnelle à son client.