/news/green
Navigation

L’idée de tout quitter fait son chemin: à cause de son âge

Inondation
Photo Magalie Lapointe

Coup d'oeil sur cet article

Jamais Johanne Gagné n’aurait songé à abandonner sa demeure des 20 dernières années. La dame de 65 ans l’envisage dorénavant, ne se voyant pas vieillir avec le stress constant de revivre des inondations.

« Là, je suis encore en santé, mais je ne le serai pas toujours. Ce serait à considérer [si le gouvernement lui donnait 200 000 $ en vertu de la compensation qui prévoit qu’un résident pourrait déménager, et payait pour la démolition de sa maison] », a mentionné Mme Gagné, qui habite à Sainte-Anne-de-Sorel.

Elle n’aurait jamais accepté un montant d’argent lorsqu’elle était dans la cinquantaine par exemple.

Comme plusieurs autres résidents, elle est en amour avec l’île-d’Embarras, en Montérégie.

« Hier, j’ai dit au maire que dans le fond, c’était comme à Cuba, mais l’eau n’est pas bleue », a-t-elle dit en riant.

Assise sur son balcon, en attendant sa fille qui devait arriver avec le service de navette offert par la Ville, elle a espoir que le 1,2 mètre d’eau autour de sa demeure disparaisse la prochaine semaine. Elle pense bien que l’eau ne montera pas à l’étage, bien qu’elle commence à pénétrer au sous-sol.