/news/transports
Navigation

Des clients de la SAAQ frustrés par un bogue informatique

Des clients de la SAAQ frustrés par un bogue informatique
Photo collaboration spéciale, Serge Labrosse

Coup d'oeil sur cet article

Des milliers de clients contrariés de la Société de l’assurance automobile du Québec n’ont pas pu payer leur permis de conduire ou leurs immatriculations, mercredi, en raison d’un problème informatique généralisé à la grandeur de la province.

« Ça fait plusieurs semaines que je voulais venir. Mon anniversaire est lundi et mon permis expire. J’espère que ça ne causera pas de problème lors du renouvellement », a dit Manon Routhier, qui s’était déplacée à la succursale du centre commercial Place Dupuis, boulevard Maisonneuve-Est, à Montréal.

En l’espace d’à peine 30 minutes à cet endroit, Le Journal a observé une vingtaine de personnes se cogner le nez contre des portes de bureaux closes. Ils ont tous été obligés de rebrousser chemin, bredouilles.

Certains ont déploré ne pas pouvoir obtenir d’immatriculations avant de se rendre à leur emploi, qui nécessite des déplacements, perdant ainsi leur quart de travail.

D’autres étaient simplement frustrés d’avoir fait le chemin pour rien.

Des clients de la SAAQ frustrés par un bogue informatique
Photo collaboration spéciale Serge Labrosse

Mise à jour interrompue

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a expliqué mercredi matin que le problème, de cause inconnue, était survenu lors de la mise à jour du système informatique, durant la nuit de mardi à mercredi.

Croyant que la situation se rétablirait en milieu d’après-midi, la société d’État a par la suite dû se raviser, avouant que le problème ne serait pas corrigé avant la fin de la journée.

« On est assez confiant qu’à l’ouverture des bureaux [jeudi] matin, tout sera rentré dans l’ordre », a affirmé mercredi après-midi un porte-parole de la SAAQ Gino Desrosiers.

Appel à la tolérance

Comme des clients devaient absolument effectuer certains paiements mercredi pour ne pas rouler dans l’illégalité, la SAAQ a appelé les autorités à la tolérance dans les circonstances.

« On n’est pas en mesure de donner des directives aux policiers, mais ça fait partie de leur devoir de tenir compte du contexte et de faire preuve de clémence dans une situation comme celle-ci », a fait valoir M. Desrosiers.

Cet ennui a également affecté les automobilistes qui avaient des rendez-vous, par exemple pour passer un examen, car le problème touchait l’ensemble du réseau informatique de la société d’État.

Les concessionnaires automobiles qui offrent en temps normal aux acheteurs la possibilité d’immatriculer leur voiture en succursale ont aussi dû s’excuser de ne pouvoir le faire, laissant une plaque temporaire pour l’occasion.