/entertainment/tv
Navigation

Sandrine Bisson: un personnage maladroit... un peu comme elle

Sandrine Bisson: un personnage maladroit... un peu comme elle
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Loin de la femme qui en mène large comme Claudette Trogi – la mère de Ricardo Trogi dans sa trilogie «1981», «1987 et «1991» –, Sandrine Bisson retrouvera bientôt un personnage qui lui ressemble davantage grâce à «Top coiffeuse», le prochain film d'Anik Jean mettant aussi en vedette Patrick Huard.

Forte de sa nouvelle et troisième nomination au Gala Québec Cinéma, l'actrice prêtera sous peu ses traits à une coiffeuse prénommée Suzie, un rôle qui la forcera à jouer toute en retenue. Du moins, au début du long métrage.

«C'est un autre personnage, dans l'inverse... Elle est introvertie et tranquillement, dans le film, elle va s'émanciper. Elle est très maladroite, elle n'est pas sûre d'elle, détaille l'actrice. C'est complètement autre chose. À la lecture [du scénario]– je l'ai lu de nuit –, je n'ai pas été capable d'arrêter de lire, j'ai ri, j'ai pleuré. Je savais déjà mes répliques, c'était facile.»

En réserve

Sandrine Bisson voit des similitudes entre ce rôle écrit par Anik Jean et celle qu'elle est dans la vraie vie. «Y'a quelque chose de moi aussi. Anik me connaît assez bien pour écrire des affaires qui font qu'il y a un peu de Sandrine là-dedans. Je suis un peu maladroite et je ne prends pas tant de place que ça dans une salle.»

Le tempérament plus calme de Suzie ne fait pas du tout peur à l'actrice que les cinéphiles ont pourtant appris à apprécier avec une certaine extravagance. En 2017, elle s'est d'ailleurs aussi amusée à développer la retenue sous les ordres de Marianne Farley, le temps de son acclamé court-métrage «Marguerite» finaliste aux Oscars.

Le tournage de «Top coiffeuse» devrait s'amorcer plus tard cette année. Le film pourrait voir le jour en 2020.

Sans stress

Bien que le talent de Sadrine Bisson au cinéma a été une fois de plus reconnu – malgré seulement trois jours de tournage pour «1991» –, l'actrice ne ressent pas de poids additionnel sur ses épaules en vue de ses prochains projets.

«Je n’ai aucune pression parce que je ne m'en crée pas, explique-t-elle. Je ne suis pas partout, les gens ne m'attendent pas. Je sais prendre mon trou; je fais du court-métrage, je fais beaucoup de théâtre, je ne suis pas tout le temps là non plus. La pression, je suis capable de me la diminuer.»

Outre du travail qui l'attend sur les planches, Sandrine Bisson aura également son mot à dire dans la saga familiale «Fragile», une œuvre écrite par Serge Boucher et réalisée par Claude Desrosiers qui doit aboutir sur Tou.tv au cours des prochains mois.

«Je joue dans ¨Fragile¨ avec Pier-Luc Funk qui fait mon fils. C'est assez tragique. Encore une fois, je suis allée dans une autre affaire. C'est tellement le fun mon métier!»