/finance/business
Navigation

Négociations avec New York: un contrat potentiel de 10 G$ pour Hydro-Québec

Excavation jusqu'au printemps 2019
Photo courtoisie, Hydro-Québec

Coup d'oeil sur cet article

La relance des négociations avec la Ville de New York pourrait rapporter gros à Hydro-Québec, dont un contrat potentiel de vente d’électricité de 10 milliards $ sur 20 ans.  

«On passe maintenant d’un stade de discussion à celui de négociation», a indiqué hier au Journal une porte-parole d’Hydro-Québec, Lynn St-Laurent.  

Il faut dire que New York et Hydro-Québec avaient déjà discuté par le passé d’un gros contrat d’approvisionnement dit de long terme sans toutefois pouvoir s’entendre.  

Lundi, le maire de New York, Bill de Blasio, a dévoilé un ambitieux plan vert en plusieurs volets, qui comprend la construction d’une ligne électrique permettant de relier sa ville au réseau d’Hydro-Québec.  

«Les négociations s’amorceront immédiatement, avec pour objectif de signer un accord d’ici la fin de 2020 et pour alimenter entièrement les installations de la Ville avec des sources renouvelables d’ici cinq ans», résume le Nouvel accord vert de la Ville de New York divulgué par le maire de Blasio.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue à QUB radio de Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et député de la circonscription de Charlesbourg :

Le projet avec New York (qui pourrait prendre effet en 2025) consisterait en la construction d’une ligne de transport de près de 1100 mégawatts (MW) dans l’État de New York. Le coût de construction est estimé à plus de 2,5 milliards de dollars canadiens.  

Hydro-Québec devra également construire une ligne à haute tension à partir du poste Hertel, en Estrie, jusqu’aux États-Unis. Un projet estimé à plus de 500 millions de dollars.  

Le contrat final d’approvisionnement (près de 9 térawattheures) avec Hydro-Québec pourrait ainsi rapporter jusqu’à 10 milliards $ dans ses coffres sur 20 ans.  

C’est sensiblement le même montant que touchera Hydro-Québec pour son contrat signé avec le Massachusetts l’an dernier (9,45 térawattheures). L’État de la Nouvelle-Angleterre paiera en moyenne 6,6 cents US (8,8 cents CA) du kilowattheure pour l’électricité québécoise.  

Une ligne sous le lac Champlain  

Le contrat avec New York pourrait se concrétiser rapidement. Le projet de la ligne à haute tension Champlain Hudson Power Express (CHPE) a déjà obtenu toutes les autorisations aux États-Unis pour aller de l’avant.  

Les câbles de cette ligne seraient enfouis, sous terre et sous l’eau, sur une distance de plus de 570 kilomètres en territoire américain.  

L’exportation d’électricité vers New York serait effectuée grâce à la future ligne Champlain Hudson Power Express.
L’exportation d’électricité vers New York serait effectuée grâce à la future ligne Champlain Hudson Power Express.

«C’est une très bonne nouvelle pour Hydro-Québec qui détient d’importants surplus énergétiques», a laissé entendre le professeur spécialisé en énergie de l’Université d’Ottawa Jean-Thomas Bernard.  

En raison de surplus à ne plus savoir qu’en faire, Hydro-Québec a déversé l’an dernier l’équivalent de 10 térawattheures (TWh) d’eau de ses barrages un peu partout au Québec. 

Un nouveau barrage  

Le ministre de l’Énergie, Jonatan Julien, a évoqué hier un scénario dans lequel le gouvernement pourrait se pencher vers la réalisation de « nouveaux grands projets » pour Hydro-Québec.  

«On pense que pour ces deux contrats-là [avec la ville de New York et le Massachusetts], une bonne partie des surplus serait assumée. Je pense qu’en 2021-2022, on va devoir, avec Hydro-Québec, regarder en termes de développement ce qui est devant nous pour justement se parer à l’éventualité que nos surplus soient tous utilisés», a-t-il expliqué.  

Avec ce contrat, Hydro-Québec pourrait générer jusqu’à 16 % de l’électricité consommée par la Ville de New York tout en abaissant de 5 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES).  

D’autres contrats d’Hydro-Québec aux États-Unis  

Contrat avec le Vermont   

  •  Durée : 26 ans  
  •  Début du contrat : 2012  
  •  Puissance : 225 mégawatts (MW)  
  •  Prix : 4,5 cents du kilowattheure   

Contrat avec le Massachusetts   

  •  Durée : 20 ans  
  •  Début du contrat : 2022  
  •  Puissance : 1100 mégawatts (MW)  
  •  Prix : 6,6 cents US (8,8 cents CA) du kilowattheure