/news/currentevents
Navigation

Agressions sexuelles: la juge confirme l’action collective contre les Clercs de Saint-Viateur

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La juge Chantal Lamarche de la Cour supérieure a confirmé jeudi qu’elle autorisait l’action collective visant les Clercs de Saint-Viateur en motivant sa décision d’octobre dernier dans un jugement de 13 pages.

Ce document apporte aussi des éclaircissements en ce qui a trait aux avis qui devront être publiés dans différents médias, dont le Journal de Montréal, relativement au recours collectif dont le but est, à terme, d’indemniser les victimes d’agressions sexuelles qui auraient été commisses par des membres des Clercs de Saint-Viateur et/ou par des laïcs.

Rappelons que l’action collective couvre la période de 1950 à aujourd’hui et que c’est Brian Ford qui a obtenu le statut de représentant. Des dizaines de présumées victimes pourraient être concernées par cette affaire.

Selon l’avocat Justin Wee, dont le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats représente les présumées victimes des Clercs de Saint-Viateur, il restait des motifs à expliquer relativement à la décision d’octobre dernier.

«Il manquait certains points à régler entre les avocats sur des points secondaires», a-t-il en entrevue avec l’Agence QMI, jeudi soir, pour expliquer ce nouveau jugement.

«De plus, la juge a considéré que les frais des avis, selon un courant jurisprudentiel, doivent être payés par la partie demanderesse. On parle d’une facture de 38 000 $, mais nous allons faire appel au Fonds d’aide aux actions collectives. En tant que cabinet qui mène quatre actions collectives, ça ne nous facilite pas les choses», a ajouté Me Wee.

Soulignons que toute victime peut contacter le cabinet Arsenault Dufresne Wee Avocats par courriel à l’adresse suivante: actioncsv@adwavocats.com ou par téléphone 514 527-8903. Elles peuvent également consulter le site internet pour plus d’information: adwavocats.com ou le Registre des actions collectives.