/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] Alerte de risque de rupture de barrage dans les Laurentides

Coup d'oeil sur cet article

 GRENVILLE-SUR-LA-ROUGE | La Sécurité publique du Québec a émis jeudi après-midi une alerte de risque de rupture de barrage dans le secteur de la rivière Rouge, en aval du barrage de la Chute-Bell et jusqu'à la rivière des Outaouais à Grenville-sur-la-Rouge.

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont procédé à l'évacuation d'environ 250 citoyens du secteur, dont une douzaine par hélicoptère.

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a indiqué en soirée que tous les citoyens dans la zone à risque avaient été évacués.

Un centre d'hébergement a été ouvert à Lachute, non loin de là, pour accueillir les sinistrés et un poste de commandement a été installé devant l'hôtel de ville.

Le maire de Grenville-sur-la-Rouge, Tom Arnold, s'est dit impressionné par l'ampleur de la crue printanière de cette année.

«C’est pas la première fois qu’on voit la rivière Rouge monter. C’est une chose qui arrive annuellement, mais pas à ce point-ci», a-t-il indiqué.

Mieux vaut prévenir...

Un porte-parole d'Hydro-Québec, Cendrix Bouchard, explique que la société d'État a recommandé à la Sécurité publique une évacuation préventive d'une cinquantaine de maisons à proximité du barrage de la Chute-Bell, au-dessus duquel l'eau circule déjà en raison de la crue printanière.

«Il a été conçu pour retenir une crue millénale et on sait qu'on va atteindre une crue encore plus forte. Théoriquement, on pourrait atteindre une pression d'eau pour laquelle ce barrage n'a pas été conçu», a expliqué Francis Labbé d'Hydro-Québec.

«Plusieurs de nos ingénieurs sont confiants que l'ouvrage va tenir bon, [...] mais par respect pour la Loi sur la sécurité des barrages et par respect pour les gens, on ne prend aucun risque», a-t-il poursuivi.

La décision d'Hydro-Québec d'évacuer le secteur a également été prise en considérant les importantes précipitations prévues dans les prochaines heures. De 30 à 50 mm de pluie sont attendus sur la région vendredi et samedi, selon Environnement Canada.

Éric Moisan, autre porte-parole d'Hydro-Québec, précise que le débit de la rivière pourrait atteindre 1300 m3/seconde au cours de la fin de semaine, un débit auquel la centrale n'a pas été conçue pour résister.

«On a toutes les raisons de croire que nos installations vont résister», a cependant insisté Cendrix Bouchard.

Les autorités ont procédé à l’évacuation d’environ 25 résidences qui n’avaient pas encore été évacuées, selon le maire de Grenville-sur-la-Rouge, Tom Arnold.

«Une partie du chemin avait déjà été évacué à la suite du débordement de la rivière», a-t-il ajouté.

Selon le dernier bilan d'Urgences-Québec, 40 résidences se trouvaient déjà isolées par la crue des eaux dans la municipalité.

Aucun compromis sur la sécurité

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a assuré que l’évacuation du secteur était la bonne décision à prendre, puisqu’il n’y aura aucun compromis sur la sécurité de la population.

«Notre priorité à l’heure actuelle est de s’assurer que toutes les personnes sont évacuées, a dit la ministre lors d’un point de presse. Je veux rassurer tout le monde: il s’agit d’une mesure préventive.»

Mme Guilbault a dit tenir le premier ministre François Legault au courant de l’évolution de la situation.

 

La SQ est sur place pour aider les sinistrés. «Dès qu’on a appris le risque d’effondrement et de menace à la structure, on a mis les effectifs sur le terrain. On parle de plusieurs dizaines de policiers», a expliqué Daniel Thibodeau de la SQ.

La rivière Rouge se déverse dans la rivière des Outaouais 18 km plus loin. Selon Hydro-Québec, le débit aura un impact minimal sur les zones en aval.

Si le barrage devait céder, il faudrait agir dans les 45 minutes suivantes. Les routes 40 et 148 devraient alors être fermées à la circulation.