/sports/hockey
Navigation

Beaucoup de remises en question chez les Leafs

Beaucoup de remises en question chez les Leafs
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’entraîneur-chef des Maple Leafs de Toronto, Mike Babcock, devra surveiller ses arrières, semble-t-il, car son supérieur immédiat n’est guère satisfait de voir l’équipe se retrouver en vacances prématurément.

Personne ne s’en cache dans la Ville Reine : l’élimination aux mains des Bruins de Boston fait excessivement mal. Pour une deuxième année consécutive et une troisième fois en sept ans, la formation ontarienne a plié l’échine dans le septième duel d’une série de premier tour présenté au TD Garden. Sauf que cette fois, elle misait sur John Tavares, auteur de 47 filets à sa première campagne avec l’équipe de son enfance.

Malgré cela, Toronto est toujours incapable de résoudre l’énigme Boston. L’heure des regrets est bien amorcée et des gens devront rendre des comptes.

«Je ne donnerai pas de garantie à quiconque dans l’organisation, à commencer par moi-même. Je sais que je peux faire du meilleur travail. Ce sera à Brendan [Shanahan, le président] de décider en premier et de faire l’évaluation de moi-même en premier, a déclaré Dubas au cours de son point de presse, ajoutant que le travail de chacun sera évalué. Je pense que notre personnel d’instructeurs a accompli du bon boulot avec le groupe que nous avions.»

Même si tout laisse croire que Babcock sera de retour derrière le banc, il reste que ses divergences d’opinions avec son supérieur immédiat ont été évoquées par les journalistes pendant le calendrier régulier. Ainsi, il avait un autre message à livrer à Dubas.

«Nous avons besoin de davantage, a dit Babcock. Depuis mon arrivée ici [en 2015-2016], c’est la déception la plus vive que notre club a ressentie.»

Le cas Marner

Parmi les cas à régler pendant la saison morte, il y a celui de Mitch Marner, qui est admissible au statut de joueur autonome avec compensation et qui espère toucher un magot des plus intéressants.

«C’est une priorité, je veux rester ici», a-t-il avoué.

Le joueur de 21 ans a récolté 94 points, dont 26 buts, au cours de la campagne et il représente une arme dont les Leafs ne peuvent se passer.

«C'est un gros morceau que nous avons ici», a mentionné Dubas, précisant que les négociations contractuelles avec Marner constitueront son dossier le plus important.

Une année gâchée

Par ailleurs, le DG a assumé sa responsabilité pour le rendement à la baisse de l’attaquant William Nylander, qui a entamé sa campagne en décembre à la suite d’un différend contractuel. Il a été limité 30 points en 61 matchs, saison et séries confondues.

«Je prends le blâme pour cette histoire qui s’est conclue trop tard. C’est inacceptable. Je ne pense pas que William se trouvait en bonne position pour connaître du succès, a-t-il expliqué. On n’a pas réglé ça avant le camp, ni avant le début de la saison. Il restait à peu près trois minutes avant l’échéance quand on a fini le tout.»

«J’aurais aimé être là dès le départ. C’est sûrement l’une des choses que je regrette le plus, a émis Nylander. Ce fut un processus à suivre mentalement tout au long de l’année. Évidemment, ça ne s’est pas bien passé pour moi. [...] Je crois que l’été sera important afin de revenir au niveau habituel.»