/sports/others
Navigation

Deux fois son âge, mais la même complicité

Meaghan Benfeito fait profiter Nathan Zsombor-Murray de son expérience

SPO-FINA-PLONGEON
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Meaghan Benfeito – qui est deux fois plus âgée que son partenaire – et Nathan Zsombor-Murray forment un duo à l’épreuve de synchro mixte à la plateforme de 10 m.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Après son anniversaire de naissance de dimanche, Nathan Zsombor-Murray devra trouver une autre astuce pour taquiner Meaghan Benfeito. En passant à l’âge de 16 ans, ce ne sera plus vrai que sa partenaire en plongeon synchronisé fera deux fois son âge !

À 30 ans et dans la dernière ligne droite de sa vie de plongeuse, Benfeito s’investit au-delà de ses résultats dans l’héritage qu’elle entend léguer à son sport. En plus de sa carrière individuelle, elle a choisi de former – pour les besoins de l’épreuve mixte – une paire avec le jeune Zsombor-Murray de Pointe-Claire, identifié comme une étoile montante au Canada.

« Si je peux redonner tout ce que j’ai appris avant que je prenne ma retraite, ce sera un travail accompli », nous disait l’aînée de l’équipe canadienne à la veille de la Série mondiale de plongeon qui débute aujourd’hui au Centre sportif du Parc olympique.

« Comme un livre pour moi »

Depuis la retraite de Roseline Filion en 2017, le Canada a assuré ses lendemains à l’épreuve féminine synchronisée de la plateforme de 10 m. L’association entre Meaghan Benfeito et l’Albertaine Calie McKay, sa cadette de plus de 10 ans, a maintenu la présence du pays parmi les puissances mondiales.

Dans sa définition de tâches déjà chargée, la doyenne a ajouté depuis deux ans une alliance pour l’épreuve mixte avec un gamin bourré d’espoirs. Cette fusion entre l’expérience et la jeunesse a déjà donné certains résultats, dont leur victoire à la Série mondiale à Montréal en avril 2018. Neuf mois plus tôt aux championnats mondiaux à Budapest, sur la terre hongroise de son grand-père paternel, Zsombor-Murray avait stimulé l’imaginaire avec leur cinquième rang, lui qui était pourtant à 14 ans le plus jeune de tous les concurrents.

« J’apprends beaucoup à travailler avec Meaghan et “Vince” (Vincent Riendeau, son partenaire en synchro masculin). Ils ont beaucoup d’expérience. Ils sont comme un livre pour moi. Je retire tellement d’informations d’eux sur la façon de me comporter mentalement et physiquement, sur ce à quoi je dois penser durant une compétition. J’apprends tous les jours avec eux. Ça m’aide ensuite dans ma carrière individuelle » donne à entendre le champion canadien junior à la plateforme de 10 m.

Des ambitions individuelles

Zsombor-Murray n’est pas différent des autres plongeurs de l’industrie qui privilégient les performances en solo. Son accession à l’élite mondiale séniore passe toutefois par les épreuves en synchro. Même là, considérant son jeune âge, sa seule porte d’entrée afin de participer à ses premiers Jeux olympiques en 2020 se trouve en synchro masculin puisque l’épreuve mixte n’a pas encore le statut olympique.

« Je veux démontrer au reste du monde que je peux me qualifier à titre individuel pour les Jeux olympiques et les championnats du monde. Je veux prouver que je peux y arriver seul et que je n’ai pas besoin d’un partenaire en synchro », dit-il clairement.

« Un petit comique »

Entre-temps, il peut compter sur une guide de haut niveau en Meaghan Benfeito. Même si le plongeon synchronisé mixte se limite aux championnats mondiaux, la triple médaillée olympique a choisi de s’y adonner parce qu’elle jugeait qu’il en valait le coup. Pour elle, pour son partenaire et pour son sport.

« C’est un petit comique. Il essaie toujours de me faire rire. Ce que j’aimais beaucoup avec Roseline, c’est qu’on s’efforçait de toujours rire. Lui, il fait bien ça. C’est le fun de voir un jeune de cette génération-là être motivé et travailler aussi fort. Il ne veut pas me décevoir et je ne veux pas le décevoir non plus. »

Le concours mixte en synchro se jouera demain à compter de 16 h, où le duo québécois défendra sa victoire d’il y a un an. On imagine le scénario que projette Nathan pour les dernières heures de ses 15 ans...

Enfin une saucette à la maison

On les voit à la télé durant les Jeux olympiques, mais rarement d’aussi près. Environ 85 des meilleurs artistes internationaux du plongeon se produisent au Parc olympique de Montréal, d’aujourd’hui à dimanche, une occasion qui ne déplaira pas aux Québécois habitués de défier la gravité aux quatre coins de la planète.

Ce troisième des cinq rendez-vous de la saison de la Série mondiale permettra à Jennifer Abel, à Meaghan Benfeito et à leurs pairs d’emprunter la même routine qui les amènera au bassin où ils s’entraînent quotidiennement.

« On voyage tellement souvent à travers le monde, alors pour une fois qu’on peut rester dans nos affaires, dans notre lit et avoir la même routine au quotidien, c’est un avantage. On n’a pas à gérer un lit plus ou moins confortable, de la nourriture qui n’est pas la nôtre et un décalage horaire qui peut parfois être difficile », souligne la Lavalloise Jennifer Abel, qui revendique 60 podiums dans l’histoire de cette Série mondiale lancée en 2007.