/news/society
Navigation

[PHOTOS] Le mur des Augustines se refait une beauté

Un projet de 2,1 millions $ sur deux ans

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
Photo Jean-François Desgagnés Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Le mur de pierre du monastère des Augustines, qui est enclavé au cœur de la ville de Québec, fera l’objet d’une restauration majeure au cours de l’été. Les fortifications d’origine seront démontées sous l’œil attentif des archéologues. 

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Outre sa grande valeur historique, le site, qui est composé du monastère et de l’Hôpital général de Québec, est particulier, car il détient le statut de municipalité, reconnue comme Notre-Dame-des-Anges. 

Le projet, qui sera réalisé par Atwill-Morin, consiste à restaurer un mur de 3200 pieds de long, de 16 pieds de haut et de trois pieds d’épaisseur, tout en respectant le caractère d’origine de l’infrastructure. 

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Les travaux, qui s’échelonneront sur deux ans, ont débuté mardi et devraient arrêter en octobre prochain, pour reprendre de plus belle en 2020. 

«C’est un mur qui date du milieu du 19e siècle et qui comprend des contreforts en maçonnerie», a expliqué Mélanie Tremblay, ingénieure, directrice des immeubles et des ressources matérielles pour la Fédération des monastères des Augustines. 

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Les dernières interventions remontent à il y a plus de 20 ans. Pour des raisons de sécurité, les travaux ne pouvaient pas être reportés. 

Valeur patrimoniale 

«Il y avait un niveau de détérioration et de déformation qui était assez inquiétant dans certains secteurs. Donc, on n’a pas le choix d’intervenir», a ajouté Mme Tremblay. 

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Les pierres qui nécessitent d’être remplacées proviendront d’une carrière à Château-Richer pour respecter le caractère d’origine des lieux. Pour Atwill-Morin, ce projet revêt un caractère particulier. 

«C’est un défi de taille dans la mesure où il nécessite le déploiement d’une expertise et de techniques de pointe», a précisé Sébastien Delli Colli, président de la division Québec du groupe. 

Plusieurs arbres matures ont été coupés pour réaliser la réfection du mur des Augustines qui fait partie d’un ensemble de bâtiments classés comme lieu patrimonial au Canada.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Tous les travaux envisagés ont fait l’objet d’une demande d’autorisation auprès du ministère de la Culture et des Communications. La valeur du chantier s’élève à 2,1 M$. Les Augustines défrayeront le tiers de la facture et les gouvernements provincial et fédéral se partageront le reste. 

Les plus anciens éléments du site datent de 1670. Au fil des ans, l’Hôpital général a été converti en CHSLD. Environ 75 religieuses de diverses congrégations habitent le monastère, plusieurs pour y recevoir des soins.