/finance/business
Navigation

Pierre Karl Péladeau achète Taxelco

Pierre Karl Péladeau
Photo Martin Chevalier Pierre Karl Péladeau

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Karl Péladeau se lance dans le taxi électrique et devient propriétaire de l’ancienne société mère de Téo Taxi, de Taxi Diamond et de Taxi Hochelaga.

« Cette acquisition nous permettra d'assumer un rôle important dans la poursuite responsable et nécessaire de la migration verte et électrique des services de transport par taxi à Montréal », a déclaré jeudi le président et chef de la direction de Québecor, quelques minutes après en avoir fait l’annonce aux employés de l’entreprise.

 

La transaction, dont la valeur n’a pas été divulguée, doit être complétée le 31 mai prochain. Ce rachat est effectué à titre personnel et n’implique pas Québecor.

M. Péladeau a indiqué que l’un de ses premiers gestes comme propriétaire sera de revoir le modèle d’affaires de Taxelco, entreprise en déroute fondée par Alexandre Taillefer.

« Tous les modèles d’affaires ne sont pas parfaits. Nous savons qu’il y avait un certain nombre de failles notamment [dans] le modèle précédent. Entre-temps aussi, on sait que les véhicules se sont améliorés en matière d’autonomie » depuis la mise sur pied de Téo Taxi, a-t-il souligné en point de presse.

« L’intention est de faire renaître, à partir de la bonne et brillante idée [à l’origine] de Téo, un nouveau service calqué sur les bases antérieures. »

Une chose demeure : le nouveau Téo sera avant tout électrique, a-t-il insisté. L’entreprise devra s’équiper d’une nouvelle flotte de véhicules électriques pour remplacer celle cédée depuis la fin de Téo Taxi. On ignore pour l’instant ce qu’il adviendra du parc automobile de Diamond et Hochelaga, et si celles-ci seront intégrées au « nouveau » Téo.

M. Péladeau s’est aussi félicité d’avoir pu conserver au Québec la plateforme technologique Téo Techno, utilisée dans l’application pour téléphones de Téo Taxi et permettant de commander ces taxis.

Allié contre Uber?

Fondateur de Téo, Alexandre Taillefer a souhaité «la meilleure des chances» à M. Péladeau. «C’est un projet écologique, technologique et social qui mérite qu’on le sauve. La cause est définitivement plus grande que l’équipe qui a démarrée Téo.»

Les porte-paroles de l’industrie du taxi espèrent pour leur part trouver un allié dans le différend qui les oppose au gouvernement Legault. «Nous espérons que M. Péladeau défendra les intérêts de l’industrie, des propriétaires de permis et des chauffeurs de taxi», ont-ils écrit.

Ils convient d’ailleurs le nouveau propriétaire à une rencontre prochainement «afin de discuter des tenants et aboutissants du taxi et de l’impact du projet de loi 17 sur le Québec».

Rappel

Insolvable, la société mère de Téo Taxi, Taxelco, était à vendre depuis février. Près de 450 personnes avaient alors été mises à pied. Des offres d’achat déposées par le patron du service musical Stingray Eric Boyko et par M. Péladeau avaient été écartée au cours des dernières semaines, tout comme une proposition d’E-Taxi.

La direction d’E-Taxi s’est d’ailleurs dite « surprise » de l’annonce intervenue hier. « E-Taxi était en discussion avec les autorités depuis quelques jours pour un plan de relance permettant de rembourser les créanciers», a indiqué un porte-parole.

Après ce premier revers, M. Péladeau avait affirmé craindre que les composantes de l’entreprise, autrefois dirigée par Alexandre Taillefer, se retrouvent entre les mains d’un acheteur qui n’aurait pas à cœur le développement de l’industrie québécoise du taxi face aux géants étrangers comme Uber et Lyft.