/opinion/columnists
Navigation

Quand la diversité est invisible

Coup d'oeil sur cet article

Que l’on soit pour ou contre ce qu’il symbolise, le port du hijab par des femmes adultes musulmanes leur appartient. Voiler une fille mineure, c’est une autre histoire. À l’instar de tenues religieuses que d’autres confessions imposent aussi à des enfants, c’est un geste troublant d’intégrisme religieux.

D’où la mâchoire qui m’en est tombée cette semaine. Mon collègue Mathieu Bock-Côté rapportait que la photo choisie par la Commission canadienne des droits de la personne pour la couverture de son rapport annuel montre une fillette voilée d’à peine six ou sept ans. Glorifier une situation de toute évidence imposée à une enfant est une immense erreur de jugement.

Minorité

On serait tenté de blâmer le multiculturalisme. Or, le problème est plus profond. Surtout, il transcende nos frontières. Quand les gouvernements cherchent avec raison à inclure dans leurs communications une plus grande représentativité de la diversité de leur population, dès qu’il est question de citoyens musulmans, la plupart du temps, on choisit une femme voilée.

Les femmes qui portent le hijab ne sont pourtant qu’une minorité parmi les musulmanes. C’est pourquoi limiter la représentation de l’islam au port du hijab, c’est de la fausse diversité. Cette diversité est trompeuse parce qu’elle tronque la réalité nettement plurielle des communautés musulmanes d’ici.

Pluralisme réel

Il faut dire que dans nos sociétés, soit par paresse, idéologie ou ignorance, on réduit la « diversité » à ce qui est visible : couleur de la peau, signes religieux, etc. Or, la diversité, la vraie, est également invisible. Elle est complexe et multiple. Elle ne saurait être réduite à une couleur ou un bout de tissu.

Il y a longtemps qu’on ne représente plus les Québécois en ceintures fléchées pour les identifier sur le plan visuel. Il est temps que les publicitaires et les pouvoirs publics se mettent eux aussi à jour et cessent de projeter des images partielles ou trompeuses du pluralisme croissant de nos sociétés.