/news/health
Navigation

Un demi-milliard sur 10 ans pour superviser les infirmières: un «raccourci intellectuel» dit la FMOQ

Un demi-milliard sur 10 ans pour superviser les infirmières: un «raccourci intellectuel» dit la FMOQ
SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les médecins généralistes accusent l’IRIS d’avoir recours à un «raccourci intellectuel» en indiquant que les omnipraticiens accumuleront quelque 500 millions $ sur dix ans grâce à la supervision des infirmières praticiennes spécialisées.

«De dire que des médecins vont toucher plusieurs centaines de millions de dollars pour superviser des infirmières, on va dire que c’est un raccourci intellectuel», a indiqué le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), Louis Godin, en entrevue à l’Agence QMI, jeudi.

L’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques a publié jeudi une étude avançant que les médecins toucheront un peu plus de 500 millions $ de 2017 à 2027 pour la supervision des super infirmières et les frais d’exploitation associés à leur présence en cabinet privé.

Or, selon la FMOQ, non seulement ces chiffres sont exagérés, mais ils ne dépeignent pas la réalité des sommes que toucheront les médecins.

«Dans les faits, on est très loin de ce qui est avancé [par l’IRIS]. Je ne sais pas comment on peut arriver à ces calculs-là», a indiqué M. Godin.

Montant par IPS

M. Godin a également voulu préciser que la moitié des quelque 60 000 $ que reçoivent les médecins annuellement pour la prise en charge d’une IPS sert à payer les «infrastructures» qu’elles utilisent et «le médecin ne fait aucun argent avec ça». Le montant est versé au propriétaire de la clinique, et non à chaque médecin.

«L’IPS, lorsqu’elle travaille, elle a son bureau, partage la secrétaire, et plusieurs services auxquels les médecins ont droit. [...] Il faut chauffer la bâtisse, il y a le matériel informatique, le matériel médical», a expliqué le président.

«À 30 000 $, actuellement, un des commentaires qu’on a souvent des médecins qui logent des IPS, c’est que ça ne couvre pas leurs frais», a-t-il ajouté.

Quant à l’autre 30 000 $, appelé «forfait de supervision», c’est un montant partagé par l’ensemble des médecins de la clinique et qui sert à «rémunérer les échanges avec l’IPS, comme la discussion de cas. L’IPS, souvent, va travailler avec plusieurs médecins. On se partage [ce montant] souvent à cinq ou à dix», a expliqué le président de la fédération.

«Nous, on pense que c’est important que les professionnels de la santé travaillent ensemble», a ajouté M. Godin.