/news/politics
Navigation

Alexandre Bissonnette un «terroriste»: Ottawa ne semble pas vouloir corriger le tir

 Alexandre Bissonnette un «terroriste»: Ottawa ne semble pas vouloir corriger le tir
Photo d’archives Facebook

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau ne semble pas avoir l’intention de corriger le tir pour avoir qualifié Alexandre Bissonnette, l’auteur de la tuerie à la mosquée de Québec, de terroriste.

Dans une missive envoyée à Justin Trudeau, le père d’Alexandre Bissonnette somme le premier ministre de cesser d'étiqueter son fils de la sorte. Appelé à réagir à cette demande aujourd'hui, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a rappelé la gravité des gestes posés par l’auteur de la fusillade survenue en janvier 2017. 

«Son intention était d’instiller la peur et la terreur dans le cœur des Canadiens et, en conséquence de ses actes, six citoyens canadiens qui priaient dans une mosquée ont perdu la vie et plusieurs autres ont été gravement blessés», a dit le ministre de la Sécurité publique au cours d’un point de presse à Regina, en Saskatchewan. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le père d’Alexandre Bissonnette souligne dans sa lettre que son fils a été reconnu coupable de meurtres et de tentatives de meurtre, mais pas de terrorisme. 

«Je ne suis pas un expert, cependant il m’apparaît évident que de qualifier une personne ou un crime de "terroriste" ajoute une dimension sociale et politique qui peut s’avérer lourde de conséquences», fait-il valoir. 

Il soutient que l’étiquette a déjà causé «un sérieux préjudice» à sa famille et demande au premier ministre de corriger le tir. 

«[La] conduite [d’Alexandre Bissonnette] a été horrible et je ne crois pas qu’un argument sémantique va satisfaire les Canadiens face à son comportement», a de son côté affirmé M. Goodale. 

Le bureau du premier ministre Trudeau a pour sa part indiqué aujourd'hui qu'il n'avait pas l'intention de commenter l'affaire.