/news/green
Navigation

Boom des pharmacies vertes

Ce sont 80 pharmacies qui ont entrepris un virage écoresponsable depuis plus d’un an

Maillon Vert
Photo collaboration spéciale, Simon Dessureault Marc-André Mailhot, fondateur de Maillon Vert, lors d’une visite de la zone écoresponsable de la pharmacie Uniprix Mariane Gagnon, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Une vague écoresponsable déferle sur les pharmacies du Québec alors que 80 d’entre elles ont pris un virage vert à ce jour.

« Les pharmacies sont prêtes pour ce virage et il y a vraiment eu un boom dans la dernière année. On parle de 40 en 2018 et 20 jusqu’à maintenant, en 2019 », affirme Marc-André Mailhot, président et fondateur de Maillon Vert. L’entreprise est la seule au Québec à concevoir des programmes pour aider les pharmacies à implanter des mesures écologiques, sociales et économiques.

Aujourd’hui, le Québec compte un total de 80 pharmacies sur les 1000 qui ont pris le virage écoresponsable avec Maillon Vert. Ça peut sembler faible, mais on pouvait en compter seulement 10 à la fin de 2016, selon l’entreprise.

« Les pharmacies nous contactent souvent à cause du gaspillage qu’elles cherchent à réduire, explique le pharmacien de 38 ans, qui a fait des remplacements dans plus de 150 pharmacies à travers la province. J’ai vu tout ce qui se faisait et tout ce qui ne se faisait pas. »

Son entreprise analyse aussi les états financiers des pharmacies pour mettre le doigt sur certains postes de gaspillage.

Implication communautaire

Lorsqu’une pharmacie choisit de faire affaire avec Maillon Vert, l’équipe de M. Mailhot « prescrit » un programme orienté sur l’implication sociale, le transport, l’efficacité énergétique, les gaz à effet de serre, les déchets, l’emploi des fournitures, l’utilisation des plastiques, l’offre de produits sur les tablettes ainsi que les services professionnels.

Le côté social est également très important dans le concept d’une pharmacie écoresponsable, souligne le pharmacien-entrepreneur de Joliette, dans Lanaudière.

« On l’oublie souvent, mais quand on parle d’être écoresponsable, on pense juste aux trucs verts. On aide la pharmacie à créer des liens avec des organismes et à impliquer les employés à des engagements. »

Par exemple, le propriétaire et les employés d’une pharmacie de Sainte-Julienne ont procédé au nettoyage d’une cour d’école avec des élèves et des enseignants.

« Les pharmacies ont un fort lien de confiance avec la population, alors elles peuvent influencer et sensibiliser les gens dans leurs comportements », poursuit-il.

Compostage

La pharmacie Uniprix Mariane Gagnon, située sur le Plateau-Mont-Royal, a commencé le processus avec Maillon Vert il y a un an et demi.

« Ça peut prendre du temps pour devenir une pharmacie écoresponsable parce qu’il faut faire de la recherche de nouveaux fournisseurs, a détaillé Emmanuelle Laferrière, gérante de la pharmacie. C’est surtout le début du processus qui est long, mais après, ça va bien. »

Cette pharmacie est d’ailleurs l’une des premières au Québec à avoir adopté le compostage.

« C’est moi qui l’ai demandé parce que je trouvais illogique que l’on instaure le compostage résidentiel, mais pas en pharmacie, a raconté Mme Laferrière. C’est très appliqué lors des lunchs de nos 25 employés. »

RÉALISATIONS ÉCORESPONSABLES DE PHARMACIES

  • Le Brunet d’Amqui a diminué son utilisation de sacs de plastique de 87 000 unités/année et a remis un montant en dons.
  • Réutilisation de près de 8500 flacons de médicaments au Uniprix Maciek Zarzycki de Sainte-Anne-de-Bellevue.
  • Uniprix Laurent Carbonneau-Lebeau et Frédérick Méthot-Pinel (Percé et Chandler) ont recyclé plus de 9125 kg de matières diverses, soit l’équivalent de 85 % à Percé et 93 % à Chandler.
Source : Maillon Vert

Économiser des milliers de dollars

En plus des vertus sociales et environnementales, entreprendre un virage vert peut être lucratif pour une pharmacie.

Le président de Maillon Vert, Marc-André Mailhot, soutient qu’il peut générer des bénéfices nets de 45 000 $ par année en moyenne, selon une étude d’une firme économique qu’il a fait produire.

Lumières leed

Maillon Vert voit à l’amélioration de tout l’aspect durable du bâtiment en s’inspirant des normes internationales LEED (Leadership in energy and environmental design).

Par exemple, à la Pharmacie Brunet d’Aylmer, en Estrie, la facture d’électricité a été réduite de 5800 $ par année à la suite d’une conversion de ses lumières vers le LEED.

Autos électriques

M. Mailhot mentionne par ailleurs avoir amené une dizaine de pharmacies à se tourner vers les voitures électriques pour leurs livraisons.

L’entreprise accompagne une pharmacie dans le choix du véhicule, l’installation de la borne, en plus d’aider à évaluer la faisabilité du projet au préalable.

« C’est sûr que ça faisait des économies au bout de la ligne », poursuit-il. La pharmacie Brunet Nadine Lacasse/Sébastien Aubin, à Wakefield, en Outaouais, a été la première à faire un projet pilote avec Maillon Vert, en 2012.

Selon son collègue Sébastien Aubin, ils ont réussi à réaliser des économies annuelles de plus de 30 000 $.