/opinion/columnists
Navigation

Cheval de Troie

Coup d'oeil sur cet article

C’est maintenant officiel, Alexa, l’assistant vocal virtuel d’Amazon, espionne nos conversations. Malgré l’accord de non-divulgation imposé par leur employeur, des employés d’Amazon ont admis qu’ils écoutent ce qu’Alexa enregistre.

Amazon invoque son souci d’améliorer l’efficacité du produit. Soit ! Mais il s’avère que tous les objets connectés présentent le même risque, sinon la même réalité.

Potentiel

L’histoire de l’humanité est intimement liée à celle de ses innovations, et les technologies conditionnent l’organisation économique, sociale et politique. Elles ont effacé des civilisations pour permettre à d’autres d’émerger. L’intelligence artificielle, encore à l’aube de son potentiel, s’inscrit dans cette dynamique.

Pour devenir omnisciente, l’IA exige d’être omniprésente. La vie facile impose le renoncement à la vie privée. Or, ce renoncement a été obtenu insidieusement. Nos informations personnelles, colligées à notre insu, ne sont nullement anonymisées pour alimenter un algorithme désincarné. Au contraire ! Au nom de l’innovation, la surveillance digitale a sournoisement étendu ses tentacules. Ce que Orwell avait imaginé, des entreprises l’ont réalisé !

Les applications qu’offre la technologie sont grisantes. En revanche, lorsqu’elle est récupérée par le pouvoir, la surveillance peut devenir une arme redoutable. Parce qu’elle érode les libertés, elle peut tuer la démocratie et, à terme, détruire la civilisation. L’abject système de notation des citoyens que le gouvernement chinois impose à sa population grâce à la surveillance devrait nous servir d’avertissement.

Indifférence

Alexa et autres objets connectés nous espionnent constamment. Alors pourquoi le Commissariat à la protection de la vie privée reste-t-il muet ? Et pourquoi nos gouvernements, habituellement si prompts à légiférer sur tout et n’importe quoi, tolèrent-ils l’espionnage numérique alors que celui-ci peut profondément transformer tous nos rapports ?

Espérons seulement qu’ils n’utilisent pas ces technologies comme cheval de Troie destiné à banaliser une surveillance digitale qu’ils s’approprieront plus tard pour nous contrôler. La technologie a toujours servi l’émancipation. Elle ne doit pas devenir un outil d’oppression !