/news/green
Navigation

État d’urgence à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les précipitations des prochains jours font entrevoir le pire pour les autorités montréalaises, si bien qu’elles ont déclenché l’état d’urgence et craignent que certaines digues ne résistent pas à la montée des eaux.

« On attend encore de fortes pluies. Nos digues sont tout à fait adéquates pour l’instant, mais rien ne garantit que nous n’aurons pas des digues qui céderont si l’eau continue de monter. La pression, elle est énorme sur les digues », a affirmé hier en conférence de presse Bruno Lachance, directeur du Service de sécurité incendie de Montréal.

Selon lui, une barrière contre l’eau qui briserait pourrait inonder d’un seul coup « 30, 40, 50 maisons ».

Débordements

« Si nous subissons encore une hausse d’environ 30 centimètres, rien n’indique que nous pourrions contenir l’eau, soit en empêchant le débordement par-dessus les digues ou même leur contournement », a expliqué M. Lachance, aussi coordonnateur de la Sécurité civile de l’agglomération de Montréal.

« On s’attendait au pire, mais voilà, ça continue de monter. Nous sommes très préoccupés », a dit la mairesse Valérie Plante.

L’état d’urgence donne plus de pouvoirs à la Ville, comme faire des évacuations forcées.

Elle pourra aussi acheter du matériel supplémentaire sans passer par le comité exécutif ou prendre possession de terrains, comme des stationnements.

Les secteurs à risque sont Pierrefonds-Roxboro, Ahuntsic-Cartierville, L’Île-Bizard et l’île Mercier.